Getty Images Noah Juulsen

Il est très rare que Canadien se laisse influencer par l’actualité internationale. Kim Jong-un a beau menacer de détruire la planète, tant que le développement de Noah Juulsen n’est pas en péril, Canadien n’en a que faire.

Or, les récentes nouvelles en provenance de la KHL, une ligue qui a réussi à attirer quelques bons joueurs ainsi que Maxime Talbot, devraient inciter les dirigeants de l’équipe à regarder ce qui se passe là-bas.

On dit que ce sont des proches de Vladimir Poutine qui contrôlent la ligue et qu’ils auraient tout fait pour privilégier le SKA de Saint-Pétersbourg au cours de la saison. Les deux tiers de l’équipe olympique «russe» venaient du SKA. Ils ont aussi bénéficié d’un passe-droit leur permettant de dépasser le plafond salarial, et les arbitres leur auraient donné des chances pour qu’ils se rendent loin en série.

Voilà quelque chose de très inspirant. Tout comme le SKA, Canadien a une riche histoire et mérite d’être mis de l’avant. Comme dans «mis de l’avant au classement». On sait que Justin Trudeau est un fan de Canadien et un amoureux des déguisements. Pourquoi ne pas se déguiser en oligarque russe pour manipuler la «Ligne» nationale?

Évidemment, on se demande ce que ferait un Marc Bergevin avec une masse salariale six fois supérieure à la moyenne, comme celle du SKA, lui qui n’a pas su dépenser tout son argent la saison dernière. Mais ce surplus pourrait servir, entre autres, à embaucher Ilya Kovalchuk, qui jouait justement à Saint-Pétersbourg la saison dernière et qui aimerait revenir en Amérique.

Bien sûr, il n’y a rien de loyal dans cette proposition. Mais le partisan est à ce point désespéré qu’il passerait sans doute outre les moqueries et les critiques si cette stratégie pouvait ramener la Coupe à Montréal.

Pour réussir, la saison prochaine, Canadien doit apprendre à danser le SKA.

Citation de la semaine

«C’est fini, on s’est mis le doigt dans le nez avec Alzner.» – Alain Chantelois

Aussi dans Le Sportnographe :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!