Paul Chiasson Marc Bergevin

Les succès retentissants de Jean Charest dans le monde de l’humour auront sans doute inspiré Geoff Molson et Serge Savard à eux aussi porter un clown au pouvoir. Oui, malgré les prédictions bétonnées de Ron Fournier qui nous assurait que Julien BriseBois a.k.a. «le diamant» serait nommé directeur général le 10 avril, c’est plutôt Marc Bergevin qui a obtenu le poste tant convoité. Marc Bergevin qui est renommé, oui, pour avoir déjà compté dans son propre but avec sa main, mais surtout pour être tout un boute-en-train au chapitre des farces et attrapes.

Nous avons donc pensé lui suggérer quelques tours à faire à ses nouveaux joueurs :

  • Carey Price : mettre de la vaseline sur la selle de son cheval.
  • Rene Bourque : lui annoncer qu’il jouera avec Scott Gomez.
  • Scott Gomez : lui annoncer qu’il jouera avec Rene Bourque.
  • Tomas Plekanec : dérouler le col de son col roulé.
  • Mike Blunden : lui faire accroire qu’il sait qui il est.
  • Max Pacioretty : faire l’acquisition de Zdeno Chara.
  • Andreï Markov : lui faire une jambette.
  • David Desharnais : l’enfermer dans une poche de hockey.
  • P.K. Subban : mettre de la crème à barbe dans ses gants (ça n’a pas vraiment rapport, mais c’est un classique).

Bon, évidemment, on ne peut pas faire des blagues avec n’importe quoi. Canadien est une chose sérieuse. Bergevin doit immédiatement s’atteler à la tâche de choisir le prochain entraîneur. Nous avons toujours milité pour que cet entraîneur soit Patrick E. Roy. C’est d’autant plus vrai depuis l’arrivée de Bergevin avec qui il pourrait former tout un duo comique à la Laurel et Hardy. L’avenir de Canadien s’annonce plutôt burlesque et on aime ça.

Il faut l’espérer, ça prend un changement à 190 degrés de la part du Canadien. - Stéphan Lebeau

Aussi dans Canadien de Montréal:

blog comments powered by Disqus