Claus Andersen/Getty Images Thomas Plekanec jouait pour les Bulldogs en 2004.

Ça y est, c’est officiel, les Bull­dogs de Hamilton déménageront à Saint-Jean-pas-sur-Richelieu. Le club-école de Canadien prendra ainsi la place du club-école du Winnipeg, qui déménage quant à lui… à Winnipeg. Une occasion en or pour Canadien, puisque les avantages d’un tel déménagement sont nombreux. En voici six:

  1. Michel Therrien y pensera deux fois avant de rappeler un gars des mineures. Ça donnera donc plus de temps de glace à Dale Weise, et on sait ce que Dale Weise peut apporter sur un premier trio: toutes sortes de choses.
  2. Si Canadien doit rappeler un joueur pendant qu’il est en Californie, celui-ci arrivera juste à temps pour préparer le petit-déjeuner de Carey Price, le lendemain du match. Et on connaît l’importance du petit-déjeuner avant une grosse journée de travail.
  3. Les joueurs réguliers de l’équipe pourront oublier qu’il y a des jeunes qui leur poussent dans le dos tellement ils sont loin. Ils se consacreront donc entièrement à parfaire leurs dégagements non refusés et n’auront plus de pression indue.
  4. Hamilton, c’est laid.
  5. Après avoir passé deux ans à Saint-Jean, les petits Bulldogs, en déménageant à Laval, auront l’impression d’arriver au paradis.
  6. Ceux qui s’amusent un peu avec l’actualité sportive auront toujours le loisir de sortir une blague de newfies lorsque des joueurs seront rappelés. «Une fois c’est quatre newfies qui voulaient jouer sur le troisième trio, comprends-tu…» Plein de potentiel.

Voilà là d’excellentes raisons de déménager à Terre-Neuve, et c’est sans doute ce qui a motivé les propriétaires de l’équipe. Quant aux points négatifs d’un déménagement, nous avons eu beau chercher et encore chercher, nous n’en avons trouvé aucun.

«Tu es engonflé avec le Canadien quand tu vis à Montréal.» – Torrey Mitchell

Aussi dans Le Sportnographe :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!