Il faut plus que des petites frustrations politiques pour déménager ses pénates, et le PQ n’est pas responsable de tous les torts de la province.

Selon un récent sondage commandité par la CBC, près de 20 % des Québécois auraient songé à quitter la province au cours de la dernière année et, parmi eux, la moitié sont anglophones ou allophones. Comme ce genre de sondage rapporte périodiquement des résultats assez similaires, il serait tentant de se demander : «What else is new?»

La menace de l’exode anglo pèse constamment sur le Québec et il s’en trouvera toujours pour dire à quel point la main-d’œuvre anglophone est mobile, attirée économiquement par Toronto et les États, et rebutée par la mentalité obtuse de certains Québécois insécures et/ou agressifs. Et il s’en trouvera toujours parmi les anglos pour affirmer qu’ils pourraient mettre leurs menaces à exécution si les lois linguistiques prenaient plus de place, et, plus récemment, si le projet de charte était adopté. En fait, une simple élection du PQ suffit pour que la menace ressurgisse. Il y a, on en conviendra, de l’enflure émotive des deux côtés.

Il faut plus que quelques lois désagréables pour déraciner un Québécois né à L’Île-Bizard et lui donner envie d’aller flipper des boulettes à Timmins. Certaines personnes passent leur vie à haïr leur emploi tout en le conservant parce que, le changement, ça fait peur. Quant aux nouveaux arrivants, leur mobilité est connue, mais s’ils ont assez aimé notre belle province pour braver les -20 oC, il serait étonnant qu’ils s’envolent à cause d’un p’tit frette.

Quoi qu’il en soit, une déclaration du ministre Yves-François Blanchet devant une assemblée de convertis à l’effet qu’un référendum serait proposé aux Québécois durant le «cycle péquiste» avait, disons, une drôle de résonnance au lendemain de cette nouvelle. En effet : quoi de mieux pour mettre la table à un prochain référendum que de se débarrasser de l’argent ET des votes ethniques?

Contrairement à ce que croient plusieurs personnes qui ont partagé le clip de huit secondes d’un pauvre bougre qui a eu le malheur de répondre «une communauté ethnique» à la question «à côté de quoi refuseriez-vous d’habiter» à la Guerre des clans, je ne suis pas prête à dire que le PQ est à l’origine de tout ce racisme. Par contre, je ne suis pas convaincue que se mettre les minorités ethniques à dos soit la meilleure stratégie pour nous vendre un pays. C’est bien beau, la souveraineté, mais un pays qui traite ses minorités en citoyens de seconde zone, qui veut ça?

Les opinions exprimées dans cette tribune ne sont pas nécessairement celles de Métro.

Aussi dans Prochaine station :

blog comments powered by Disqus