Félix O. J. Fournier/Métro Le sapin de Noël de la place des Festivals.

«Y’a pas moyen qu’y’arrive rien dans vie, coudon?» – Extrait de la pièce Les voisins, de Claude Meunier et Louis Saïa, 1980.

Il me semble que j’ai passé l’année 2016 au grand complet à m’indigner. Pas content de ci, toujours un peu en crisse à cause de ça, découragé tant par la droite que par la gauche, pas plus confortable avec la gang du centre mou. Année maudite, que je vous dis… Aujourd’hui, j’ai décidé de me garder une petite gêne, comme ils disent.

Non, je ne parlerai pas du grand fouette de sapin qu’ils ont planté au beau milieu de la place des Festivals. Bien sûr qu’il fait un peu chenu quand on le compare à celui du Rockefeller Center à New York, mais bon, y’a une couple d’années, ça chialait d’aplomb parce qu’en voulant plaire à certaines personnes à la foi sensible, on s’empêchait tout court d’installer des arbres de Noël dans les lieux publics. Ça fait que, ce coup-ci, je vais me contenter de passer mon chemin en regardant ailleurs…

Non, je ne reviendrai pas davantage sur la pub de Peter MacLeod et Mario Tessier qui met en scène une danseuse de club accrochée à un poteau. Entre vous et moi, à leur âge, s’ils ne sont pas encore capables de comprendre que c’est épais de procéder ainsi afin de mousser leurs ventes de billets, qu’est-ce que ça changerait si j’ajoutais mon solo au concert de blâmes qui résonne déjà un peu partout? Ajoutez à cela que je déteste l’odeur de l’Aqua Velva à fragrance de mononcle…

Non, je ne prendrai pas non plus le temps de répondre au monsieur qui, dans un courriel méchant-méchant, me traitait entre autres de maudit péquiste parce que je me suis permis de dénoncer l’opération gastronomique du bon Docteur Barrette dans les CHSLD. Je me contenterai de lui rappeler qu’il y a plus de deux partis politiques au Québec et que, malgré cette généreuse variété de propositions, il n’y a aucune formation qui attire ma sympathie. Même pas un peu. Aucune.

Et non, je ne perdrai pas une seconde de ma vie à me demander pourquoi, à chaque fois qu’on fait l’annonce d’une nouvelle émission à la télé québécoise, j’ai l’impression qu’il n’y a que trois ou quatre animateurs pour faire toutes les jobs.

Non, rien de rien, je le répète, non, je ne dirai rien.

***

Montréal est en train de se faire belle en vue des célébrations du 375e de l’an prochain. On fout des échangeurs par terre, on remplit des trous dans les chemins, on fait pousser des fleurs partout, bref, la visite va en avoir plein la vue! Juste un petit détail… Parlant de trous à boucher, avez-vous récemment arpenté la rue Sainte-Catherine dans le Village, entre Saint-Hubert et Cartier? Sur une distance d’à peine 0,8 km, j’ai dénombré pas moins de 31 locaux de rez-de-chaussée inoccupés et à louer. Pas cinq, pas 10, 31!

Je me demande bien c’que la visite va en penser…

Aussi dans Sylvain Ménard :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!