La publication du dernier sondage Léger-Le Devoir a lancé, de façon non officielle, le début de ce qui sera une trrrrrèèèèèèès longue campagne électorale provinciale.

Les chiffres sont clairs et ne laissent planer aucune équivoque quant aux intentions de vote des Québécois: la Coalition avenir Québec (CAQ) mène avec 36%, les libéraux arrivent en deuxième avec 32%, le Parti québécois (PQ) suit loin derrière avec 19% et Québec solidaire (QS) conserve sa part habituelle de 11% sur l’abaque des électeurs. Cela dit, les résultats de ce sondage suffisent-ils pour avoir une lecture précise de ce qui arrivera éventuellement? J’ai l’impression que oui. Il suffit de voir les réactions des chefs, qui confirment qu’on est tombé pile sur l’humeur ambiante qui règne à l’Assemblée nationale.

En tirant à boulets rouges sur tout ce qui bougeait du côté de la CAQ, Philippe Couillard s’est positionné comme aspirant au titre, ce qui demeure somme toute assez étrange pour le leader du parti toujours au pouvoir. Comme s’il avait déjà concédé la victoire à François Legault. Le premier ministre sentirait-il un souffle chaud dans son cou? Quand on le voit agir ainsi, ça donne plutôt l’impression que c’est la soufflerie au complet qui lui retrousse le collet.

Et que dire des commentaires de Jean-François Lisée qui, au palmarès du meilleur premier ministre potentiel, devance maintenant d’un seul petit point l’improbable duo des solidaires formé de Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois? Quand «Lisée le distingué» estime que «l’effet boule de neige» de la CAQ fondra au printemps, je me demande s’il ne confond pas cette masse de glace avec l’iceberg qui fera couler pour de bon son Titanic. Plutôt que de présumer de la fragilité des autres, M. Lisée devrait s’occuper à régler au plus tôt ce qui ne va pas dans sa propre demeure. Peut-être que l’embauche des consultants qui ont guidé l’équipe de Valérie Plante aux dernières élections municipales pourra l’aider, allez donc savoir. Il va cependant falloir que tout ce beau monde se mette immédiatement au boulot pour redresser la barre de ce bateau parti à 
la dérive. Il reste 10 mois maximum avant les 
prochaines élections.

Et 10 mois, c’est vite passé. Très vite passé…

•••

Vu: Préfère novembre, le quatrième spectacle de Louis-José Houde. J’ai tout vu de Louis-José Houde. Jamais été déçu. Après 15 ans de carrière, le gars a atteint un degré d’expertise dans son domaine qui pourrait décourager tous les autres humoristes de la planète. Le feu roulant court toujours aussi vite, le public croule du début à la fin et les 
75 minutes du spectacle nous paraissent bien courtes quand on se lève au terme de cette performance époustouflante. On en redemande. Et on recommande.

•••

Vu (2): Un village en trois dés, le nouveau spectacle de Fred Pellerin. Un autre rendez-vous que je n’aurais voulu manquer pour rien au monde. Tout est là : les personnages déjantés, les rangs croches et les chemins de travers, l’enflure des allures et la démesure dans l’espace-temps. J’ai adoré. Très, beaucoup et énormément. À la table des conteurs, entre Vigneault et Deschamps, 
il y a Fred Pellerin.

•••

Écouté: On Air, une compilation des chansons jouées live par les Rolling Stones sur les ondes radio de la BBC de 1963 à 1965. Jouissif, pour plusieurs raisons. Parce que cela nous permet de réentendre la première incarnation du groupe avec Brian Jones. Parce qu’on retrouve ce band de blues qui y allait la pédale au fond, sans la moindre concession. Et surtout parce qu’il fut un temps – il y a trop longtemps – où la radio proposait des rendez-vous en direct avec des têtes d’affiche. On devrait en prendre note du côté des diffuseurs.

•••

Écouté (2 et 3): Max Comeau et son album Rock, Paper, Scissors. Un artiste du Montréal indie qui nous livre ici une saprée belle pop bien ficelée. Avec une voix qui a la capacité d’accoter son band en matière de puissance, ce qui est très rare de nos jours. Pour tout ça, on dit bravo! Quant à Val Thomas, une fille de la même scène indie mais du côté de Québec ce coup-ci, son mini-album Chronicles from the Cave nous permet de faire la rencontre d’une auteure-compositeure-interprète d’une étonnante maturité. 
À télécharger et à écouter sans réserve, vous méritez bien ça. Bonne semaine!

Aussi dans Sylvain Ménard :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!