Les Montréalais membres du programme Prime pourront désormais faire livrer gratuitement plus d’un million d’articles en une journée, et ce sept jours par semaine, selon ce qu’a annoncé Amazon mardi. Après les librairies, les disquaires, les magasins d’électronique et bien d’autres, ce sont maintenant les commerces de proximité qui devront affronter le géant américain de l’Internet.

Vérifier un prix sur Amazon avant d’acheter quelque chose est déjà dans les habitudes de bien des consommateurs, surtout quand il n’y a pas d’urgence. Un livre, un four à micro-ondes et un câble HDMI peuvent après tout souvent attendre deux ou trois jours de plus si cela permet d’épargner quelques dollars ou de s’éviter un déplacement au centre-ville.

Ce n’est évidemment pas le cas quand le temps presse. C’est notamment pour cette raison que, même s’ils subissent une concurrence importante des magasins à grande surface comme Costco ou Walmart, les commerces de proximité ont un peu moins été affectés que d’autres secteurs par l’arrivée du commerce électronique. Jusqu’à maintenant, du moins.

Dès aujourd’hui, les commandes admissibles de plus de 25 $ sur Amazon.ca pourront en effet être livrées gratuitement en moins d’une journée à Montréal. Les achats réalisés avant minuit le soir arriveront ainsi le lendemain avant 21 heures, par la poste ou un service de transport privé.

Que ce soit pour acheter un produit électronique avant un voyage, du savon à vaisselle lorsque la bouteille achève, du papier essuie-tout avant la fin du dernier rouleau ou des collations pour les enfants, les membres d’Amazon Prime peuvent désormais pratiquement considérer la boutique en ligne comme leur pharmacie du coin.

Prime : la pierre angulaire d’Amazon
L’annonce représente pour Amazon une autre occasion de mousser Prime, un service vendu 79$ par année, qui permet d’obtenir des livraisons gratuites, mais aussi d’accéder au contenu Amazon Prime Video et Twitch Prime.

Prime est une véritable mine d’or pour Amazon. En plus de débourser un frais annuel, les membres du service achètent plus souvent chez le commerçant en ligne et ils ajoutent plus d’articles à la fois à leur panier. Un cercle vertueux, que le géant tente par tous les moyens de faire croître.

Alexa : la prochaine étape au Canada
L’entreprise fondée par Jeff Bezos en 1994 possède un autre atout dans sa manche pour fidéliser sa clientèle : Alexa, un assistant vocal personnel dont la popularité ne cesse d’augmenter aux États-Unis.

Avec un haut-parleur doté d’Alexa, comme l’Amazon Echo, il est possible de parler avec cet assistant de la même manière qu’avec Siri d’Apple, et d’ainsi contrôler une multitude d’objets connectés et de services en ligne.

Pour les membres Amazon Prime, Alexa est aussi une façon d’obtenir facilement des produits courants (« Alexa, achète des croquettes pour le chat »), et même de commander de la nourriture au restaurant. Alexa n’est toujours pas offert au Canada, mais ce n’est vraisemblablement qu’une question de temps.

Un géant dans le quartier

Même si Amazon passe cette semaine en vitesse supérieure à Montréal, les commerces locaux auront la vie un peu plus facile qu’ailleurs, comme à Toronto et Vancouver, où l’entreprise offre la livraison le jour même pour certaines commandes passées en matinée. Amazon offre même la livraison en deux heures seulement dans certaines grandes villes américaines.

Que les commerces de proximité de la région se le tiennent toutefois pour dit : ce répit ne sera pas de longue durée. Que ce soit cette année, l’année prochaine ou la suivante, un géant avec des clients de plus en plus fidèles, plus d’un million de produits en inventaire, qui permet de commander simplement en parlant à haute voix dans son salon et qui offre la livraison gratuite arrive dans leur quartier.

Aussi dans Techno :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!