Nintendo Une console NES Classic Edition

Nintendo a déçu ses amateurs et surpris le monde des jeux vidéo en entier hier en annonçant la fin de sa microconsole NES Classic Edition, une version miniature de la NES dotée de 60 jeux originaux. Même si la console connaît un vif succès depuis son lancement en novembre, et qu’elle a été en rupture d’inventaire tout au long de sa courte vie, l’annonce ne m’a pas particulièrement surpris et s’explique en un seul mot : Switch.

Une journaliste de Radio-Canada m’a téléphoné au début mars pour me poser des questions sur la NES Classic Edition. Nous avons discuté de longues minutes sur la stratégie de Nintendo par rapport à ce petit appareil : pourquoi est-ce qu’il n’y en a pas assez sur le marché, quel est l’objectif de Nintendo, quels sont les effets de cette rupture sur le marché des revendeurs, etc.

Alors que plusieurs voyaient dans la rareté de la NES Classic Edition une façon un peu crasse de faire mousser la demande, à la manière d’un bar qui laisse poireauter ses clients en file à l’extérieur, mon opinion était plutôt que la stratégie derrière la petite console n’avait rien à voir avec celle-ci directement.

Voici mon résumé de la situation, envoyé dans un courriel suivant la conversation : « la stratégie marketing de la NES Classic (a) été pensée avant tout en fonction de la Switch, qui est la priorité de Nintendo ».

Nintendo n’assurera pas sa survie à long terme, du moins dans sa forme actuelle, en vendant des appareils à 80$ sans valeur ajoutée. Nintendo doit plutôt vendre un maximum de consoles Switch, afin que les consommateurs achètent des jeux Switch, ce qui attirera les développeurs tiers, qui incitera les amateurs à acheter plus de consoles et ainsi de suite.

Un échec de la Switch serait carrément catastrophique pour Nintendo. Et malheureusement, si les mordus de la compagnie peuvent se permettre d’acheter les deux appareils, la chose est différente pour le grand public. Pour bien des gens, acheter une NES Classic Edition signifie souvent ne pas acheter de Switch, ou du moins d’en reporter son achat. C’est une simple question de temps et d’argent.

Comme j’expliquais le mois dernier, la rareté de la NES Classic Edition était avantageuse pour les ventes de la Switch (peu importe que cette rareté soit due à une stratégie marketing, à une mauvaise estimation de la demande ou à des problèmes de production). C’est triste à dire pour ceux qui voulaient l’acheter, mais à court terme, sa mort aide encore plus la Switch.

Nintendo souhaite ardemment conserver le modèle d’affaires qui l’a fait connaître dans les années 80. La compagnie n’a tout simplement pas de place dans son porte-folio pour un appareil du genre. Du moins, pas pour l’instant, alors que la Switch doit profiter au maximum de son élan suivant son lancement réussi.

Un appareil comme la NES Classic Edition reviendra toutefois lorsque la situation de Nintendo le permettra, que ce soit dans sa forme actuelle ou sous les traits d’une console Super Nintendo.

Aussi dans Techno :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!