Collaboration spéciale Mark Sultan
  • Mark Sultan @ Casa Del Popolo
    Samedi 15 décembre

La première et seule fois que j’ai rencontré Mark Sultan, je me trouvais dans un bunker du chapitre d’Ottawa des Outlaws, clan de motards souvent associé au crime organisé et éternel rival des Hells Angels. Sous-sol placardé de logos et de «photos de famille», odeur de clopes, tension et rock’n’roll dans le tapis. Il y avait cinq ou six motards louches, Mark Sultan, King Khan, Bloodshot Bill, deux filles aux pupilles dilatées, trois amis et moi-même. On n’était pas trop certains de la raison pour laquelle on avait abouti dans cet endroit où les portes n’avaient pas de poignée… mais je me souviens très bien de l’ambiance semi-plaisir, semi-lourdeur qui y régnait. Dans ma vie, peu importe où je vais, si je dois demander l’autorisation à quelqu’un pour quitter, ça m’angoisse un peu.

Mark Sultan y était invité, avec son ami King Khan, pour jouer quelques tounes du répertoire de leur groupe King Khan & BBQ show. Ils terminaient une tournée et préféraient fêter ça en jouant de la musique. Comme les motards, mais à sa façon, Sultan est l’incarnation parfaite du punk rocker qui a fait un doigt d’honneur à cette vie dite «normale» pour se dédier à son art. Montréalais d’origine, il a choisi très jeune la voix du rock’n’roll pour subsister à ses besoins. Errant du rock’n’roll au punk garage et autres dérivés, Sultan s’est rapidement fait un nom sur la scène locale.

Son je-m’en-foutisme légendaire, ses performances chaotiques et son assiduité au travail lui ont valu une reconnaissance se rapprochant du culte. Le nombre de groupes avec lesquels Mark a collaboré au fil des années est assez impressionnant. Les plus notoires sont The Spaceshits, Les Sexareenos, The King Khan & BBQ show, The Almighty Defenders (avec King Khan et The Black Lips), The Ding Dongs (duo avec Bloodshot Bill), en plus de ses projets solos.

Aujourd’hui âgé de 39 ans, Sultan est loin de s’être calmé. Il sera présent en solo à la Casa Del Popolo demain en tant qu’homme-orchestre. Au menu : rock’n’roll énergique, chaos, turbans et verres brisés.

4873, boulevard
Saint-Laurent

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!