Métro

L’éducation à l’ère du web 2.0 amène son lot de transformations dans la société.

Si les bouquins et les crayons ne sont pas encore tout à fait désuets, il est indéniable que l’internet prend de plus en plus de place, autant dans les foyers que dans les salles de classe.

À HEC Montréal, des cours hybrides – en partie en classe, en partie en ligne – sont offerts depuis quelques années, au grand bonheur des étudiants, qui en redemandent.

Jean Talbot est à la tête de la Direction de l’apprentissage et de l’innovation pédagogique de l’institution. Selon lui, les cours en ligne sont très populaires. «Les étudiants en quête de flexibilité apprécient particulièrement ce type de programme, fait-il valoir. Ils ont accès à toutes les ressources documentaires en ligne, en plus des bases de données fournies par la bibliothèque.»

Même durant les cours traditionnels, en classe, plusieurs professeurs choisissent d’offrir tout leur matériel en ligne, afin d’éliminer les recueils de texte volumineux.

Pour Stéphane Giroux, enseignant et coordonnateur du département de français du Collège Vanier, les bases de données sont une ressource inestimable pour les étudiants, qui doivent apprendre à dépendre d’autre chose que du célèbre site Wikipédia pour leurs travaux, et d’ainsi découvrir d’autres ressources. Souvent payantes, ces bases de données regorgent d’informations et sont accessibles gratuitement dans les institutions d’enseignement.

Les étudiants peuvent également les consulter à la Grande Bibliothèque, par exemple, tout comme le reste de la population.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!