collaboration spéciale Marie-France Marin

Dans le cadre du concours Ça mérite d’être reconnu!, quatre chercheurs de la relève ont été honorés en novembre pour l’impact de leurs travaux sur la société. Il s’agit de la troisième édition de ce concours qui met en lumière le parcours de jeunes universitaires québécois talentueux. Désireux d’en apprendre plus sur leurs recherches qui ont le potentiel de rayonner à l’échelle internationale, Métro les a rencontrés.

CV
Nom : Marie-France Marin
Âge : 28 ans
Formation : Doctorante à l’Université de Montréal (thèse déposée), postdoctorat en psychiatrie à Harvard (en cours)
Domaine de recherche : Neurosciences
Catégorie : Santé

Vos travaux de recherche sur l’incidence du stress sur les souvenirs suscitent beaucoup d’intérêt dans la communauté scientifique. Qu’en est-il exactement?
Nous avons montré à des sujets un film contenant des segments neutres et des segments émotifs. Une fois le film projeté, nous leur avons demandé de s’en souvenir. Placés en situation de stress, les sujets se rappelaient mieux des segments négatifs. De même, sous l’influence d’un médicament diminuant l’état de stress, le métyrapone, les sujets se souvenaient moins des séquences négatives.

À quoi une telle découverte peut-elle concrètement servir?
Nous pensons avant tout aux gens souffrant de stress post-traumatique. Il ne s’agit évidemment pas d’utiliser le mécanisme de manière à neutraliser toute émotion négative. Il s’agit plutôt d’aider des gens aux prises avec des souvenirs qui les hantent et qui affectent leur vie.

Quels sont les développements à suivre dans les prochaines années?
Il serait intéressant de voir si l’on peut créer le même effet sur la mémoire des souvenirs liés au plaisir. De cette manière, nous pourrions aider les gens aux prises avec des problèmes de toxicomanie, en diminuant leurs souvenirs positifs de l’effet de la drogue. Évidemment, il y a bien des considérations éthiques entourant ces recherches. Nous sommes conscients que, si ces techniques fonctionnent, il faudra mettre en place un système de réglementation.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!