Métro

Une trentaine de chercheurs pourront continuer de récolter des données sur le vieillissement de 50 000 personnes de 45 à 85 ans à travers le Canada, dans le cadre d’une étude prévue sur une période de 20 ans.

L’Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement vient de recevoir 41M$ de l’Institut de recherche en santé du Canada (IRSC), ce qui devrait permettre faire un premier suivi des participants qui ont pris part à des entrevues téléphoniques, des mesures physiques et des échantillons biologiques depuis 2010.

De quelle manière notre nutrition actuelle ou le réseau social développé tout au long de la vie auront-ils une influence sur notre état de santé en vieillissant? Certaines habitudes de vie peuvent-elle contribuer à retarder l’apparition de maladies cognitives? C’est à ce genre de questions que les données recueillies par le projet de recherche, mises en relations entre elles et analysées par des chercheurs, pourront permettre de répondre.

«Nous pouvons aujourd’hui vivre très vieux, mais avec beaucoup de problèmes cognitifs ou physiques. Cette étude pourra nous indiquer comment améliorer nos conditions de vie jusqu’à nos toutes dernières années», a estimé Dre Hélène Payette, chercheuse au Centre de recherche sur le vieillissement et professeur à l’Université de Sherbrooke.

Les premières données sont accessibles aux chercheurs qui en font la demande depuis quelques semaines.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!