Lonely Planet vient de désigner la capitale girondine comme la ville la plus tendance pour 2017. Si vous hésitez encore à découvrir Bordeaux, longtemps confiné dans son image de capitale mondiale du vin, voici trois bonnes raisons d’y consacrer au moins un week-end prolongé.

Réserver une table gastronomique

Bordeaux s’ajoute à Paris et Lyon parmi les grands centres gastronomiques français. Depuis la rentrée 2015, le chef écossais Gordon Ramsay écrit une nouvelle page culinaire au Pressoir d’Argent, le restaurant du Grand Hôtel de Bordeaux. Seul chef trois étoiles (avec Alain Ducasse) à Londres, le célèbre chef constitue à lui seul une bonne raison de visiter la ville. Il signe une carte qui rend hommage à l’Aquitaine avec des araignées de mer de Saint-Jean-de-Luz et un tartare de boeuf de Bazas. Les voyageurs gourmands pourraient également dédier leur séjour à un itinéraire gastronomique, en s’offrant une pause à la Grande Maison. Le chef triplement étoilé Pierre Gagnaire vient de succéder à Joël Robuchon dans cet hôtel porté par l’homme d’affaires Bernard Magrez. Les deux partenaires ambitionnent de décrocher la troisième étoile, fort de l’expérience du chef Gagnaire, à la tête de treize restaurants dans le monde, dont son porte-étendard parisien, près de l’Avenue des Champs-Elysées.

Visiter la Cité du Vin

En juin dernier, la capitale girondine a inauguré le plus grand lieu jamais conçu pour le vin. 13.350 m2 répartis sur dix niveaux lui sont consacrés. Ancré en bordure de la Garonne, comme pour rappeler que le fleuve abreuve les grandes appellations de la région, la Cité du Vin embarque les oenophiles dans un dédale de connaissances autour de la culture bachique. On hume, on déguste, on apprend à décrypter les cépages. Le parcours est disponible en huit langues et ouvre ainsi des horizons internationaux. Au septième étage, les papilles joignent la théorie à la pratique dans un restaurant panoramique. La Cité du Vin constitue le point de départ d’une excursion qui doit se poursuivre sur le terrain, au gré des vignes de merlot et de cabernet franc de Saint-Emilion, de Pomerol, de Pauillac et de Pessac-Léognan. Pléthore d’offres touristiques sont proposées au départ de Bordeaux pour tremper les lèvres dans les nectars bordelais au beau milieu des vignes.

Flâner au gré des places et des berges

Bordeaux est en pleine transformation depuis plusieurs années. La métropole a entrepris un vaste programme de rénovation de ses quais, qui appartiennent désormais aux promeneurs. Au passé portuaire, la cité a laissé place à la flânerie à laquelle il est agréable de prendre part, à son rythme, pour visiter la place des Quinconces, la place Pey Berland, la place de la Comédie. La place de la Bourse constitue une étape obligée avec son miroir d’eau dans lequel se réflète le lieu, devenu l’image la plus couramment utilisée pour représenter Bordeaux. Et il y a comme un air de vacances aux Bassins à flot, aux allures de port de plaisance, le nouveau quartier en pleine mutation. Un hôtel haut de gamme avec un spa doit d’ailleurs y ouvrir ses portes. Et ce n’est pas fini. Plus d’une dizaine de projets métamorphoseront la ville au cours de ces prochaines années. La gare Saint-Jean sera entièrement rénovée pour l’arrivée de la ligne à grande vitesse en 2017. La réouverture du musée d’histoire naturelle est également attendue tout comme une grande salle de spectacle pour la fin 2018.

Aussi dans Vacances :

blog comments powered by Disqus