MONTRÉAL — Le poids lourd québécois Bermane Stiverne a été trouvé coupable de dopage, mais s’en sort sans grave conséquence.

Stiverne (25-2-1, 21 K.-O.) a échoué à un test antidopage réalisé le 4 novembre, a annoncé le World Boxing Council (WBC) lundi. Des traces de méthylhexaneamine, aussi connue sous le nom de diméthylamylamine (DMAA) ont été retrouvées dans son organisme.

Le boxeur s’en tire toutefois à bon compte, puisqu’il n’écope que d’une amende de 75 000 $ US et n’est pas suspendu. Une suspension lui aurait coûté son combat de championnat intérimaire des lourds du WBC contre le Russe Alexander Povetkin (30-1, 22 K.-O.), prévu le 17 décembre prochain.

Il devra de plus se soumettre à 40 heures de travaux communautaires.

La DMAA est bannie depuis 2010 selon les règles de l’Agence mondiale antidopage. Elle est présentement vendue comme supplément alimentaire et sert d’ingrédient dans plusieurs boissons énergisantes.

L’enquête du WBC a révélé que Stiverne n’avait pas consommé de façon volontaire le produit et ce dernier a pleinement collaboré avec les enquêteurs, d’où la sentence sans suspension.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus