MONTRÉAL — Steven Butler livrera un combat d’unification des titres nord-américains de l’International Boxing Federation (IBF) et de la World Boxing Association (WBA), le 28 janvier prochain, face à l’Ontarien Brandon Cook.

Butler (18-0-1, 15 K.-O.) mettra en jeu sa ceinture des super mi-moyens de l’IBF et tentera de ravir à Cook (17-0, 10 K.-O.) son titre de la WBA en grande finale d’un gala présenté au Centre Bell.

C’est la première fois de sa carrière que Butler fera les frais de la grande finale d’un gala présenté au domicile du Tricolore.

Cook, un boxeur de 30 ans d’Ajax, a mis la main sur le titre NABA de la WBA vacant en disposant de Davide Doria par décision unanime en mai dernier. Classé quatrième aspirant de la WBA, il devait se battre contre Butler au Centre Bell, le 22 octobre dernier. Mais il avait été pressenti pour affronter le Cubain Erislandy Lara pour son titre WBA des super mi-moyens, le forçant à laisser passer l’offre d’Eye of the Tiger Management (EOTTM).

«Camille (Estephan, le président d’EOTTM) a été assez gentil pour nous libérer de notre contrat, mais le clan Lara nous a laissé tomber, a expliqué Cook lors d’une conférence de presse tenue mercredi. Je me suis retrouvé le bec à l’eau, mais maintenant, je peux livrer ce combat que j’attends depuis si longtemps.»

Butler, huitième aspirant de l’IBF, a plutôt affronté Janks Trotter lors du gala du 22 octobre. Il a terrassé l’Albertain au 1er round.

Âgé de 21 ans, Butler réclame depuis longtemps Cook à son équipe.

«Je veux tant l’affronter parce que c’est un gars du Canada, a souligné le Montréalais. Nous sommes les deux meilleurs boxeurs au Canada. Il se considère le meilleur, moi je pense que je le suis. Je veux montrer à tout le monde que je suis le meilleur. Après avoir fait le ménage au Canada, il sera temps d’aller le faire à l’international.»

«Ce sera le plus grand combat de ma carrière, a pour sa part indiqué Cook, qui n’a pas la chance d’être un boxeur à temps plein, comme son adversaire. J’espère profiter de cette victoire pour enfin pouvoir m’entraîner à plein temps, comme je l’ai toujours voulu.

«Tout ce que j’ai toujours désiré de la boxe est lié à ce combat. Alors je vais me défoncer pour atteindre mon rêve», a poursuivi celui qui oeuvre au sein d’une entreprise de portes et fenêtres et qui espère prendre deux à trois semaines de congé pour compléter son camp d’entraînement.

Position avantageuse

En vertu de leurs classements respectifs et des ceintures qui sont à l’enjeu, le vainqueur de ce duel sera extrêmement bien positionné pour livrer des combats d’importance en 2017.

«Le gagnant sera classé très haut, a noté Estephan. Nous sommes confiants. On vise la position d’adversaire obligatoire à l’un des titres mondiaux dès l’an prochain. Mais ça ne veut pas dire qu’on acceptera des combats pour lesquels nous ne sommes pas prêts. J’ai un diamant brut entre les mains. Quand je dis que c’est le Sidney Crosby de la boxe, ce n’est pas à la légère.»

EOTTM promet de nouveau une carte enlevante, à l’image de celle offerte le 22 octobre. La demi-finale mettra aux prises les lourds Simon Kean (6-0, 6 K.-O.) et Raymond Olubowale (11-7-1, 8 K.-O.) pour le titre canadien que détient ce dernier.

En tout, 10 combats seront présentés. Estephan a déjà indiqué que Yves Ulysse fils, Mathieu Germain, Batyr Jukembayev, Ayaz Hussain, David Théroux et Ablaikhan Khussainov feront partie de cette soirée. Leurs adversaires seront dévoilés à une date ultérieure.

Lemieux bientôt fixé

Par ailleurs, il est maintenant exclu que David Lemieux se batte en demi-finale du combat de Bernard Hopkins, le 17 décembre, à Los Angeles. Estephan est à finaliser un combat qui serait disputé en février.

Le promoteur a ajouté qu’il était près d’une entente également pour un combat mettant en vedette Jean Pascal, qu’il souhaiterait présenter en décembre.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus