SAINT-LOUIS — Voici cinq moments marquants du match de mardi soir entre le Canadien de Montréal et les Blues de St. Louis.

Une polémique relancée

La polémique déclenchée récemment par le retrait préventif d’un match du joueur étoile des Oilers d’Edmonton Connor McDavid pour qu’il se soumette au processus de dépistage des commotions cérébrales a refait surface à mi-chemin de la première période. Le gardien Al Montoya a reçu le patin droit de Robby Fabbri sur le côté de la tête alors que l’attaquant des Blues tentait de percer la défensive du Tricolore, après avoir perdu l’équilibre. Montoya est resté étendu sur la patinoire pendant quelques instants, mais l’observateur indépendant n’a pas jugé bon de le retirer de la rencontre. Le gardien réserviste du Tricolore, qui disputait son premier match depuis le 18 novembre contre les Hurricanes de la Caroline, lui a donné raison en réalisant deux arrêts déterminants dès la séquence à l’attaque suivante des Blues.

Un cadeau d’Allen

Le Canadien, qui éprouve de la difficulté à marquer par les temps qui courent, a bénéficié d’un cadeau gracieuseté du gardien Jake Allen avec 9:54 à faire à la première période. Après un tir sans conviction du flanc gauche de Tomas Plekanec vers le filet des Blues, la rondelle n’a pu être maîtrisée par Allen et a ricoché contre le patin de Paul Byron, avant d’être redirigée par erreur au fond de la cage des locaux par le défenseur des Blues Carl Gunnarsson. Pour Byron, il s’agissait d’un huitième filet cette saison, et d’un premier depuis le 19 novembre contre les Maple Leafs de Toronto.

Radulov fait des flammèches

Même s’il ne s’est pas inscrit à la marque, Alexander Radulov a de nouveau été le moteur de l’attaque du Canadien contre les Blues. Radulov, qui avait marqué un but et récolté deux mentions d’aide lors du match précédent contre les Kings de Los Angeles, en a fait voir de toutes les couleurs aux défenseurs des Blues. Il s’est révélé très efficace en protection de la rondelle profondément dans le territoire ennemi, et fut l’instigateur de nombreuses chances de marquer pour ses coéquipiers. Le travail de l’ex-joueur des Remparts de Québec a semblé plaire à l’entraîneur-chef Michel Therrien, puisqu’il a conclu la rencontre avec un temps de jeu de 20:19 et trois tirs au but.

Un soupir de soulagement

Si Paul Byron a semblé voler un but à Tomas Plekanec en début de rencontre, l’attaquant tchèque s’est repris de belle façon en complétant habilement une descente à deux contre un en compagnie du petit marchand de vitesse du Canadien. La relance fut très rapide en zone centrale, et Plekanec a pu se défaire de la couverture de Vladimir Tarasenko avant de loger la rondelle du revers dans la lucarne, en fin de deuxième période. Il s’agissait de son deuxième filet de la saison, et de son premier depuis celui du 5 novembre contre les Flyers de Philadelphie. Nul doute que Plekanec a poussé un soupir de soulagement en voyant la rondelle pénétrer dans le filet de Jake Allen.

L’infirmerie déborde

David Desharnais, qui a été appelé à pivoter le premier trio en remplacement d’Alex Galchenyuk, blessé, a lui aussi été victime du mauvais sort en début de troisième période. Le Québécois a semblé se blesser alors qu’il était en échec avant, lorsqu’il a appliqué une mise en échec au défenseur des Blues Jay Bouwmeester. Sa jambe gauche semble être entrée en contact contre la rampe, et après être demeuré quelques instants sur la patinoire, Desharnais a immédiatement retraité vers le vestiaire. L’attaquant de Laurier-Station n’est pas revenu au jeu par la suite et on ignore toujours la nature exacte de sa blessure ainsi que la gravité de celle-ci. Il pourrait s’agir d’un dur coup pour le Tricolore, qui manque déjà cruellement de profondeur au poste de centre.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!