TORONTO — Dylan Strome n’avait pas prévu être ici.

Le capitaine d’Équipe Canada au Championnat mondial junior pensait évoluer pour les Coyotes de l’Arizona dans la Ligue nationale de hockey. Mais il y a plus d’un mois, après avoir été utilisé sporadiquement par l’équipe qui l’a repêché troisième au total en 2015, Strome a été renvoyé dans la Ligue de l’Ontario. Le joueur de 19 ans, qui croyait «en avoir fini avec le hockey junior» au mois de juillet, était soudainement de retour.

«C’est quelque chose que je n’avais évidemment jamais vécu, a déclaré Strome, qui en est à sa quatrième saison avec les Otters d’Erie. C’est bizarre de revenir dans une situation dans laquelle j’ai été pendant trois ans.»

Les Coyotes ont décidé de renvoyer Strome à Erie le 20 novembre après qu’il eut regardé un 10e match du haut de la passerelle. Il n’a disputé que sept matchs en un mois avec la troupe de Dave Tippett, enregistrant une mention d’aide. C’était une autre chose que Strome, toujours parmi les meilleurs joueurs de son équipe, n’avait jamais expérimentée.

Soudainement, il n’était plus un choix automatique sur les deux premiers trios ou même en avantage numérique.

«Il faut vivre chaque jour comme si c’était ton dernier dans la LNH, a-t-il expliqué. Il faut travailler fort. Tu ne sais pas quand tu seras de retour dans la formation. Tu vas à la patinoire chaque jour en espérant que ton nom soit au tableau, et s’il ne l’est pas, il faut redoubler d’ardeur pour s’y retrouver.»

Strome affirme avoir encore plus de respect pour les joueurs qui bataillent ferme pour jouer de manière régulière, que ce soit dans la LNH ou dans le junior. Il a appris à la dure ce que c’était de te retrouver à l’aréna sans savoir s’il allait enfiler l’uniforme.

Il n’aura pas ce problème au sein d’Équipe Canada, où il se retrouvera sur la première unité alors que quelques-uns des meilleurs joueurs admissibles au pays, dont Connor McDavid et Mitch Marner, ne sont évidemment pas disponibles.

Cette situation laisse de grands souliers à chausser pour Strome, qui tentera d’aider le Canada à mettre la main sur une deuxième médaille d’or seulement en huit ans. McDavid avait aidé le pays à monter sur la plus haute marche du podium en 2015, à Toronto.

«C’est de la pression pour les Canadiens, mais c’est de la bonne pression, a déclaré Strome. Vous voulez être le gars qui fait la différence. Vous voulez être le prochain Jordan Eberle. Vous voulez être le gars qui marque le but gagnant et être de l’équipe gagnante. Je sais que plusieurs Canadiens se rappellent de tous les joueurs des équipes qui ont gagné l’or.»

Strome a récolté six points en cinq matchs, l’an dernier, quand le Canada a terminé sixième en Finlande. L’attaquant a enregistré 16 points en sept matchs à son retour avec les Otters et il tentera de faire de même pour le Canada, qui n’a pas remporté de médaille lors de trois des quatre derniers tournois. Le centre de six pieds trois pouces et 185 livres pivotera le premier trio et sera flanqué de Mitchell Stephens et de Pierre-Luc Dubois, le troisième choix du dernier encan de la LNH.

Mis à part la fierté nationale et la volonté de redorer le blason du programme canadien qui a remporté cinq médailles d’or consécutives au cours de la dernière décennie, Strome veut ajouter un peu de positif à une saison qui ne s’est pas déroulée exactement comme il le souhaitait.

Les Coyotes l’évalueront aussi avec attention, et même si sept matchs ne font pas une saison, «le tournoi signifie évidemment beaucoup».

«Nous affrontons de la meilleure compétition que dans le junior et ils veulent voir ce que j’ai dans le ventre», a conclu Strome.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus