TORONTO — Il ne s’agissait que d’un court appel il y a bien longtemps de cela, mais il compte beaucoup pour l’attaquant canadien Tyson Jost.

Bien qu’il ne se souvienne pas exactement quand cet appel a eu lieu, Jost se souvient très bien avoir eu l’occasion de parler avec son idole, Jonathan Toews. Le patineur de 18 ans de St. Albert, en banlieue d’Edmonton, a toujours admiré le capitaine des Blackhawks de Chicago.

«J’ai toujours adoré son jeu, a souligné Jost. Il est mon joueur favori depuis longtemps déjà.»

Jost admet avoir commencé à encourager les Blackhawks en raison des insuccès des Oilers. Ce qu’il aime particulièrement chez Toews, c’est sa passion, son talent, son leadership et sa propension à dominer dans les deux sens de la patinoire.

Sélectionné au 10e rang par l’Avalanche du Colorado au dernier repêchage, Jost tente de suivre les pas de Toews. Il est actuellement étudiant de première année à l’Université du Dakota du Nord (UND), l’alma mater de Toews.

Toews y a passé deux saisons avant de faire le saut dans la LNH à l’âge de 19 ans. Il demeure une figure légendaire à l’université. Jost aperçoit souvent des chandails à son nom au Ralph Engelstad Arena. Il entend plusieurs histoires à son sujet de la part des entraîneurs également. Ils font l’éloge de ses habitudes de travail et de son engagement envers le programme et le hockey en général.

«C’est super, car je peux savoir comment il se comportait en privé», a indiqué Jost.

C’est bien connu que Toews avait l’habitude d’envoyer des textos aux entraîneurs entre ses cours afin de savoir s’il pouvait travailler son lancer ou d’autres aspects de son jeu. Jost a aussi entendu qu’à titre de joueur de 17 ans, avec des membres beaucoup plus vieux dans le vestiaire, à quel point Toews ne craignait pas de prendre la parole devant ses coéquipiers.

«Je pense qu’il a établi la norme à UND, a dit Jost du programme de hockey qui a aussi accueilli les joueurs de la LNH Zach Parisé, T.J. Oshie et Travis Zajac. Ça fait partie de la tradition maintenant, tout le monde cherche à s’améliorer entre les cours.»

Jost tente particulièrement de se nourrir des bribes de sagesse qu’il entend au sujet de Toews, qui est devenu capitaine dans Hawks à l’âge de 20 ans. Jost se dit un meneur naturel, qui n’hésite pas à se lever et à s’adresser à ses coéquipiers quand le besoin s’en fait sentir, un peu à l’image de son idole.

Même s’il ne se souvient pas exactement de ce qu’ils se sont dit au cours de cet appel, il est clair qu’il a un impact sur Jost.

À six pieds, 191 livres, Jost évolue habituellement au centre, mais il joue à l’aile gauche pour l’équipe canadienne au Mondial junior. Pour l’instant, il ne peut espérer obtenir qu’une infime partie du succès de son idole sur la scène internationale: Toews a une fiche de 47-1-1 en défendant les couleurs du Canada, remportant deux médailles d’or olympique, un Championnat du monde, une Coupe du monde et deux fois le Mondial junior.

Sa performance aux Mondial junior de 2007, alors qu’il avait inscrit trois buts en fusillade pour aider le Canada à vaincre les États-Unis en demi-finales, alimente encore les discussions.

Jost, qui se rappelle très bien de cette rencontre, a jusqu’ici inscrit un but et une aide au cours des deux premiers matchs du Canada. Il espère avoir la chance de vivre un tel moment dans le tournoi.

«C’est assurément une chose à laquelle vous rêvez, a-t-il admis. Ce serait vraiment spécial.»

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!