MONTRÉAL — Ferrari se présente au Grand Prix de Formule 1 du Canada ce week-end avec un objectif ambitieux en tête: signer une première victoire depuis 2004.

L’équipe italienne, qui vient de réaliser son premier doublé depuis le Grand Prix d’Allemagne en 2010, est présentement sur une lancée. Sebastian Vettel a signé trois victoires en six courses jusqu’ici cette saison, dont celle à Monaco il y a deux semaines.

Le pilote allemand, quadruple champion du monde, domine présentement le classement des pilotes avec une récolte de 129 points, soit 25 de plus que son plus proche poursuivant, Lewis Hamilton. Le coéquipier du Britannique chez Mercedes, Valtteri Bottas, est troisième avec 75 points, et celui de Vettel, Kimi Raikkonen, suit au quatrième rang à 67.

Vettel tentera de devenir le premier pilote de la ‘Scuderia’ à l’emporter à Montréal depuis le légendaire Michael Schumacher, il y a 13 ans. Ce ne serait toutefois pas une première pour l’Allemand, qui l’avait emporté en 2013 alors qu’il pilotait pour Red Bull.

Vettel devra cependant avoir à l’oeil Hamilton, vainqueur des deux dernières éditions du Grand Prix du Canada qui sera aussi à la recherche d’une troisième victoire cette saison. Le Britannique est aussi le pilote actif qui compte le plus de victoires en carrière sur le circuit Gilles-Villeneuve, avec cinq (2007, 2010, 2012, 2015 et 2016).

Hamilton tentera également de devenir le premier pilote depuis Michael Schumacher, de 2002 à 2004, à l’emporter trois années de suite au Grand Prix du Canada — et de s’approcher à une seule victoire du célèbre pilote allemand pour le plus grand nombre en carrière à Montréal, avec sept.

En dépit des succès obtenus par Mercedes au fil des ans, Ferrari semble être la favorite à l’aube du week-end.

«C’est douloureux, mais nous ne sommes pas les favoris pour le championnat de cette année, a dit le directeur technique de Mercedes Toto Wolff au site internet ‘formula1.com’. Actuellement, c’est Ferrari. Il reste encore 14 courses et tout est encore possible. Nous attendons avec impatience Montréal et nous espérons avoir l’opportunité de rebondir avec un bon résultat, ce qui permettra d’obtenir des réponses précieuses à certaines questions difficiles dans le processus.»

L’équipe allemande a connu des ennuis avec ses pneus à Monaco — Bottas a fini quatrième, et Hamilton septième —, et le problème pour les Flèches d’argent, c’est que la piste montréalaise nécessite peu d’appuis aérodynamiques, ce qui complique encore plus la tâche de les faire monter en température. Hamilton est conscient que son équipe est sous pression pour trouver rapidement des solutions, afin de ne pas revivre le cauchemar de Monaco.

«Il sera difficile (de trouver une solution) et j’espère qu’ils (les ingénieurs) y arriveront, car dès que nous aurons trouvé la réponse à ces pneus ultratendres, nous serons en meilleure posture pour attaquer nos rivaux, a confié le triple champion du monde au site internet ‘Motorsport.com’.

«C’est ce que nous devons absolument régler. Montréal a toujours été un terrain de prédilection pour moi, et je compte bien en profiter. Nous allons donc travailler extrêmement dur afin que nos voitures occupent la place qui leur revient, et que nous soyons devant ces (voitures) Ferrari.»

Bottas, le seul autre pilote à avoir triomphé cette saison, sera également à surveiller ce week-end, tout comme Kimi Raikkonen, qui a décroché sa première position de tête en 129 départs il y a deux semaines avant d’aboutir sur la deuxième marche du podium, derrière Vettel, au Grand Prix de Monaco.

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!