Ben Margot Ben Margot / The Associated Press

La liste des agents libres est une fois de plus maigre en joueurs vedettes, ce qui ne signifie pas pour autant que quelques joueurs intéressants ou encore des joueurs à rabais pourraient être dénichés pour venir en aide à l’une des 31 équipes du circuit.

Voici une liste de huit hockeyeurs que les directeurs généraux auront certainement à l’oeil lorsque le 1er juillet se pointera le bout du nez.

1. Patrick Marleau

Âge: 37

Position: Ailier gauche/centre

Marleau a été discrètement l’un des joueurs les plus productifs des 20 dernières années, et même s’il ne figure plus parmi l’élite de la ligue, le joueur de 37 ans peut encore faire toute la différence. La saison dernière, il a marqué 27 buts et n’en a inscrit jamais moins que 17 depuis son année recrue avec les Sharks en 1997. Il est également un exemple de durabilité, lui qui n’a pas manqué de matchs depuis la saison 2008-09. En 19 ans de carrière, il n’a d’ailleurs raté que 31 rencontres. Originaire de la Saskatchewan, il demeure un excellent patineur, un joueur capable de remporter des mises en jeu et qui contribue aux succès de l’équipe en avantage numérique, avec des chiffres qui ne mentent pas.

2. Brian Elliott

Âge: 32

Position: Gardien de but

Vous avez besoin d’un gardien de soutien capable de monter à bord et de jouer de façon régulière lorsque votre équipe connaît un creux de vague? Elliott est l’homme qu’il vous faut. Sa première saison et vraisemblablement sa dernière à Calgary a débuté de façon désastreuse, mais Elliott s’est classé neuvième dans la ligue avec un pourcentage d’arrêts de ,919 après le 1er décembre — même s’il a connu des difficultés en séries. Il possède également une feuille de route marquée par l’excellence, datant de son long séjour à St. Louis où il était parfois utilisé parfois comme partant, parfois comme deuxième gardien. Les équipes intéressées pourraient employer Elliott pour 25-30 matchs et être à l’aise à l’idée de l’utiliser davantage si le gardien partant se blesse ou connaît une période difficile.

3. Sam Gagner

Âge: 27

Position: Centre

Parce qu’il a été réclamé parmi les premiers au repêchage de 2007 — sixième au total — on se serait attendu à plus de la part de Gagner, mais l’athlète originaire de London, Ontario, a été un joueur constant au cours de ses 10 saisons dans la LNH — avec une production moyenne de 14 buts et 40 points. Maintenant âgé de 27 ans, Gagner a connu sa meilleure saison en carrière l’an dernier avec 50 points, à titre de quatrième joueur de centre maintes fois employé en avantage numérique avec les Blue Jackets de Columbus. Il semble d’ailleurs à l’aise dans ce rôle. Il n’est pas utilisé en désavantage numérique et n’excelle pas au cercle des mises en jeu. Mais s’il est employé adéquatement et que les attentes sont modestes, Gagner pourrait certainement être utile à une équipe du circuit.

4. Steve Mason

Âge: 29

Position: Gardien de but

Les équipes qui ont besoin d’un gardien partant sont limitées pour l’ancien lauréat du trophée Calder. Les Jets de Winnipeg et les Flyers de Philadelphie — son ancienne équipe — pourraient avoir une place pour lui. Ce qui signifie qu’il devra peut-être jouer le rôle de gardien de soutien pendant un an ou deux, lui qui a obtenu l’un des pourcentages d’arrêts les plus faibles (,908), l’an dernier parmi les partants. Cependant, lors des deux saisons précédentes, Mason a offert de belles prestations avec les Flyers, affichant un pourcentage d’arrêt de ,928 en 2014-15 et de ,918 en 2015-16. Ces chiffres démontrent que Mason pourrait être acheté à bas prix par une équipe qui aurait besoin d’un peu plus de stabilité devant le filet.

5. Jordan Weal

Âge: 25

Position: Centre

Weal pourrait bien être l’un de ces joueurs qui a seulement besoin d’une opportunité pour se mettre en évidence. Le joueur de 25 ans a été un puissant producteur dans les ligues mineures — dont 47 points récoltés en 43 matchs la saison dernière — qui a obtenu peu d’occasions de démontrer tout son talent dans la LNH. Il a profité de sa dernière et sa plus longue chance au printemps dernier pour inscrire huit buts et 12 points en 23 rencontres avec les Flyers de Philadelphie. L’an dernier, les Panthers de la Floride ont misé sur Jonathan Marchessault, un autre joueur de premier plan dans les mineures à qui on n’avait pas laissé beaucoup de chance de se faire valoir, et pourtant il a été le meilleur marqueur de l’équipe avec une récolte de 30 buts. Il s’est classé troisième meilleur pointeur des siens avec une récolte de 51 points avec un salaire de 750 000 $US sur le plafond salarial. Weal pourrait-il se révéler une aussi bonne aubaine que Marchessault?

6. Justin Williams

Âge: 35

Position: Ailier droit

Même s’il aura 36 ans en octobre prochain, Williams déplace toujours de l’air. Il a récolté en moyenne, lors des deux dernières saisons, 23 buts et 50 points avec les Capitals de Washington, affichant des chiffres impressionnants quant à la possession de la rondelle. Il est également l’un de ces précieux vétérans, avec ses trois coupes Stanley et un trophée Conn Smythe. Williams peut jouer à plusieurs positions dans la formation et peut être efficace en désavantage numérique. Pour une équipe qui tente de monter au classement et qui a besoin d’un vétéran en renfort, le joueur originaire de Cobourg, en Ontario pourrait être le candidat idéal.

7. Kevin Shattenkirk

Âge: 28

Position: Defenseur.

Probablement le meilleur joueur disponible sur le marché et seul défenseur d’impact, Shattenkirk pourra aider à améliorer l’avantage numérique et sera en mesure de se porter à l’attaque. L’Américain se classe dans le top-10 au chapitre des buts et des points par un défenseur depuis le début de la saison 2011-12, et il est encore meilleur lorsqu’il y a un homme en plus sur la patinoire. Erik Karlsson est le seul autre défenseur à avoir récolté plus de points que Shattenkirk en avantage numérique (131). Shea Weber et Oliver Ekman-Larsson sont les seuls à avoir plus de 32 buts en supériorité numérique.

8. Mikhail Grigorenko

Âge: 23

Position: Centre

Contrairement à Shattenkirk, Grigorenko n’est pas une valeur sûre, au contraire. Même si les choses ne se sont pas passées comme prévu pour le Russe dans la LNH, il y a tout de même des raisons qui expliquent qu’il ait été choisi 12e au total en 2012. À six pieds trois pouces et 200 livres, il est un joueur de centre avec qui possède plusieurs habiletés. Les Sabres de Buffalo ont mal géré son développement — le trimballant entre le junior et le LNH — et il y a plusieurs raisons qui laissent croire qu’il pourrait être encore un joueur utile s’il obtenait une seconde chance. Grigorenko a marqué ses 10 buts à forces égales l’an dernier et même s’il n’a obtenu que 23 points en 75 matchs, il les a inscrits alors qu’il pilotait le quatrième trio et la deuxième unité d’avantage numérique. Avec un peu plus de temps de glace et de meilleurs joueurs pour l’entourer, Grigorenko pourrait être utile à une formation, quelque part.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!