MONTRÉAL — La liste des blessés s’allonge au sein de la tertiaire des Alouettes, ce qui force le coordonnateur à la défense Noel Thorpe à jongler avec ses effectifs, dont certains qui n’auront pas vu beaucoup d’action depuis le début de la campagne.

Le plus récent éclopé chez les Alouettes est le demi de coin Jonathon Mincy, victime d’une commotion cérébrale lors du quatrième quart du match perdu 23-19 aux mains des Eskimos d’Edmonton, vendredi. Il est assuré de rater le duel face aux Lions de la Colombie-Britannique, jeudi, au stade Percival-Molson.

Son nom est venu s’ajouter à ceux de Travis Hawkins et Greg Henderson, sans compter qu’Anthony Sarao n’a toujours pas été utilisé cette saison. Ajoutez à cela le nom du secondeur Chip Cox, victime d’une contusion au genou dans la rencontre de vendredi. Le vétéran devrait toutefois être en uniforme jeudi, et Thorpe compte l’utiliser comme demi défensif.

«Vous ne contrôlez pas les blessures, a philosophé Thorpe après l’entraînement des Alouettes, mardi, au Stade olympique. Sachant cela, nous avons tenté de nous bâtir une formation avec le plus de profondeur possible en fonction des contraintes imposées par les règles de la LCF. Nous sommes chanceux: les joueurs que nous avons rappelés, Donald Unamba fils et Jalen Rodgers, avaient été libérés au camp d’entraînement.

«Don est entré dans le match et a joué à deux positions pour nous à Edmonton. Il a été solide. C’est tout à l’honneur des joueurs et de la façon dont ils se préparent. De notre côté, on doit s’assurer qu’ils sont prêts quand ils sont appelés en renfort.»

«Pour un gars qui est arrivé une journée ou deux avant le match, il s’est très bien débrouillé, a renchéri l’entraîneur-chef Jacques Chapdelaine au sujet d’Unamba. Il avait tout de même bien fait (au camp). Il avait été victime d’un nombre de joueurs sur le côté court.»

Que les joueurs soient prêts à prendre la relève de la façon dont Onumba ou Dominique Tovell l’ont fait au cours des dernières semaines démontre aussi à quel point ils sont bien préparés par Thorpe et son équipe. Surtout que ces nouveaux venus n’ont pas une tâche allégée.

«On ne peut pas simplifier notre livre de jeux, a noté Thorpe. Nous nous tirions dans le pied si nous le faisions. S’il y a quoi que ce soit, nous en demandons plus à ces joueurs. Nous tentons de les aider en terme de schémas de jeux, mais nous avons des attentes élevées et nous devons nous assurons de les atteindre, peu importe les effectifs.»

De pouvoir compter sur des vétérans comme Cox, qui peut jouer un peu partout comme secondeur ou demi défensif, aide grandement la tâche de Thorpe.

«Absolument. C’est pour cette raison que lorsque nous établissons notre formation, nous tentons de nous assurer de pouvoir compter sur des gars qui peuvent jouer plus d’une position, a-t-il expliqué. Il faut qu’ils soient polyvalents. Nous le leur disons dès le premier jour du camp: vous arrivez peut-être ici comme demi défensif, mais vous allez devoir effectuer des tâches habituellement réservées aux secondeurs, et vice versa. Regardez Branden Dozier: c’est un gars qui a joué comme demi défensif et secondeur pour nous. Ça doit être comme ça pour tout le monde.»

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!