DARRYL DYCK DARRYL DYCK / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le sprinter étoile Andre De Grasse veut animer le spectacle chez lui, devant ses partisans, avant de retourner sur la scène internationale pour réaliser d’autres coups d’éclat.

De Grasse, qui s’était illustré avec l’argent au 200 m ainsi que le bronze au 100 m et au relais 4×100 m aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, sera l’une des têtes d’affiche aux Championnats canadiens d’athlétisme cette semaine à Ottawa. Et il veut s’assurer de marquer l’imaginaire collectif.

«C’est une opportunité de représenter son pays chez soi, a dit De Grasse, qui se prépare pour les Championnats du monde de Londres ainsi que pour les Jeux olympiques de Tokyo, au Japon, en 2020. C’est rare que je puisse courir au Canada, donc je suis heureux d’être ici et j’ai hâte d’animer le spectacle.»

De Grasse est le détenteur du record canadien sur 200 m et adorerait abaisser la marque du 100 m (9,84 secondes) établie par Donovan Bailey en 1996 et égalée par Bruny Surin en 1999.

D’une certaine façon, De Grasse est le premier sprinter étoile canadien en deux décennies, soit depuis la victoire de Bailey et de ses compatriotes au relais 4×100 m aux Jeux olympiques d’Atlanta en 1996.

«Il n’y a pas de limite à ce qu’il peut accomplir, s’est exclamé Glenroy Gilbert, l’entraîneur-chef par intérim d’Athlétisme Canada et médaillé d’or olympique au relais. Vous verrez une comète, le genre qui ne passe pas très souvent.

«Andre est l’un de ces gars exceptionnels, et je crois qu’il va réaliser des choses extraordinaires au cours des prochaines semaines, des prochains mois et des prochaines années. Je ne crois pas qu’il ait encore atteint son plein potentiel.»

Gilbert n’est pas le seul à ressentir de l’effervescence au sein de l’équipe canadienne d’athlétisme. C’est aussi le cas de Damian Warner.

Les meilleurs athlètes du pays entameront les Championnats canadiens cette semaine en surfant sur la vague des Jeux olympiques de Rio de Janeiro de l’été dernier, alors que six médailles avaient été acquises en athlétisme.

Derek Drouin avait obtenu l’or au saut en hauteur, tandis que Warner et Brianne Theisen-Eaton avaient récolté le bronze au décathlon et à l’heptathlon, respectivement.

«C’est vraiment ‘cool’ de voir la transformation qui s’est opérée au sein de cette équipe depuis un certain temps, a déclaré Warner mercredi. Andre, l’équipe de relais, Derek et Brianne, la coureuse Melissa Bishop et moi-même avons très bien fait. De nombreux autres athlètes se démarquent aussi dans leur discipline, donc c’est très ‘cool’ de ressentir la fébrilité au sein du groupe et d’avoir l’impression que c’est une tendance qui sera de plus en plus forte.»

Warner participera à la course de haies ainsi qu’au saut en longueur à Ottawa afin de peaufiner sa technique en prévision du décathlon aux Championnats du monde d’athlétisme de Londres le mois prochain.

«Je suis présentement qualifié au décathlon, donc j’arrive ici avec l’intention d’offrir de bonnes performances, a dit Warner. J’ai gagné la course de haies aux Championnats canadiens en 2015 et j’aimerais bien signer une autre victoire.»

Gilbert a déclaré qu’il était très fier de voir le Canada se tailler une place de choix sur la scène internationale.

«Il y a eu une période sombre, a rappelé Gilbert, qui sera intronisé au Temple de la renommée d’Athlétisme Canada mercredi soir. Nous avons gagné cinq, huit et six médailles lors des trois dernières compétitions internationales d’envergure, ce qui ne s’était jamais concrétisé auparavant. Nous avons sous la main un groupe d’athlètes inédit et c’est une période historique pour l’athlétisme au Canada.»

Le fait de contribuer à l’émergence du Canada sur la scène internationale est une source supplémentaire de motivation pour de nombreux athlètes, dont Geneviève Lalonde, la détentrice du record canadien au 3000 m steeple.

«Des Jeux panaméricains de Toronto jusqu’à maintenant, nous avons vu des athlètes sortir de nulle part et causer un coup d’éclat sur la scène internationale. Ils font vraiment bien et réalisent de bonnes performances dans les compétitions d’envergure, lorsque ça compte le plus, a dit Lalonde. L’athlétisme au Canada progresse, c’est excitant, surtout qu’ils sont de plus en plus nombreux à s’illustrer, donc de faire partie de la vague c’est extraordinaire.»

Les amateurs d’athlétisme auront l’opportunité de voir les meilleurs du pays en action cette semaine, alors qu’ils tenteront d’obtenir leur laissez-passer pour représenter le Canada aux Championnats du monde.

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!