Kamil Krzaczynski Kamil Krzaczynski / The Associated Press

MONTRÉAL — Depuis qu’ils sont redevenus une puissance de la Ligue nationale de hockey il y a dix ans, les Blackhawks de Chicago n’ont jamais fait de quartiers… sauf au printemps dernier. Avec comme résultat qu’ils ont modifié un tantinet leur philosophie globale sur la patinoire, ce qui leur réussit bien jusqu’à maintenant.

L’élimination en quatre matchs des hommes de Joel Quenneville dès le premier tour des séries éliminatoires, face aux Predators de Nashville, a poussé le directeur général Stan Bowman à revoir la composition de son équipe et à se tourner vers des joueurs qu’il connaissait bien en Brandon Saad et Patrick Sharp.

Saad, acquis des Blue Jackets de Columbus avec le gardien Anton Forsberg dans une transaction qui a envoyé Artemi Panarin et Tyler Motte dans la capitale de l’Ohio, connaît un solide départ avec quatre buts et deux aides en trois matchs, à la gauche du capitaine Jonathan Toews. Quant à Sharp, il compte deux points, dont un but, au fil des trois premières parties des Blackhawks.

Saad et Sharp ont aidé les Blackhawks à récolter cinq points sur une possibilité de six et d’amasser 18 buts.

«Nous avons deux joueurs qui sont extrêmement heureux d’être de retour à Chicago, a déclaré Quenneville lors d’une mêlée de presse avant le match d’ouverture local du Canadien, mardi.

«Le fait d’avoir été réunis avec leurs anciens coéquipiers a été bénéfique pour tout le monde, a renchéri le vainqueur de trois coupes Stanley à la tête des Blackhawks. ‘Saader’ avait été très bon pour nous la dernière fois, et je pense qu’il est excité de jouer de nouveau avec ‘Jonny’. Leur leadership s’ajoute au bon groupe de joueurs que nous avions dans le passé, et ils savent quoi faire pour gagner. Je pense que ça aide notre noyau de joueurs.»

En Panarin, les Blackhawks ont laissé partir un joueur au talent offensif indéniable, comme l’indiquent ses 61 buts et 154 points depuis son entrée dans la LNH en 2015. Par contre, l’attaquant russe a déçu face aux Predators lors des séries, avec une seule mention d’aide et un ratio défensif de moins-4. Par ailleurs, les Blackhawks savaient à quoi s’attendre avec Saad.

«Nous savions ce que nous allions obtenir avec ‘Saader’ et en Forsberg, nous avons mis la main sur un gardien après le départ de (Scott) Darling», a précisé Quenneville.

En ce début de saison, les Blackhawks s’affichent comme une équipe plus portée à distribuer les coups d’épaule, une catégorie dans laquelle elle s’est régulièrement classée dans les bas-fonds de la LNH lors des récentes saisons. Selon Quenneville, le quatrième trio, formé de Lance Bouma, Tommy Wingels et John Hayden comble cette lacune.

Par ailleurs, de jeunes joueurs comme les attaquants Ryan Hartman et Alex DeBrincat et le défenseur Gustav Forsling ne semblent pas intimidés par la LNH, malgré leur inexpérience.

Âgé de 19 ans, DeBrincat est l’un des deux joueurs que les Blackhawks ont réclamés en deuxième ronde du repêchage de 2016 dans la transaction qui a permis au Canadien de mettre la main sur Andrew Shaw.

En trois saisons avec les Otters d’Erie, dans la Ligue junior de l’Ontario, DeBrincat a étalé tout son talent, amassant 167 buts et 332 points en 191 matchs. Reste à voir, à cinq pieds sept pouces et 165 livres, s’il pourra tenir son bout à long terme dans la LNH.

«Nous voulons que tous nos jeunes joueurs soient à l’aise de pratiquer leur style de jeu tout en se familiarisant avec notre système collectif. Nous voulons que nos jeunes se fient à leur instinct et nous voulons éliminer l’hésitation dans leur jeu. DeBrincat, par exemple, joue avec beaucoup de confiance et affiche une belle reconnaissance des situations de jeu. On est conscient qu’ils vont commettre des erreurs, et ils doivent apprendre de ces erreurs.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!