MONTRÉAL — Voici cinq moments marquants du match disputé mardi soir au Centre Bell entre les Blackhawks de Chicago et le Canadien de Montréal.

Le Canadien frappe tôt

Dans l’histoire du Centre Bell, il y a eu des cérémonies d’ouverture beaucoup plus spectaculaires que celle qui a précédé le match de mardi, mais cela n’a pas empêché le Canadien de frapper à la vitesse de l’éclair, à l’aide de son premier tir du match. Profitant d’un revirement du jeune Ryan Hartman au haut du cercle droit, Tomas Plekanec, en se retournant vivement, a décoché un tir des poignets qui a semblé prendre le gardien Corey Crawford au dépourvu, le tout après seulement 75 secondes d’écoulées dans le match. Il s’agissait de son premier filet de la saison.

Une présence étourdissante

À peine trois minutes après le but de Plekanec le trio de Jonathan Drouin, Max Pacioretty et Brendan Gallagher, appuyé par Shea Weber et Victor Mete, s’est emparé du contrôle de la zone des Blackhawks et a tout fait, sauf réussir à doubler l’avance du Canadien. Pendant un intervalle d’une cinquantaine de secondes, les cinq joueurs ont décoché sept tirs cadrés, mais Corey Crawford, qui est souvent à son mieux contre le Canadien et au Centre Bell, a été intraitable.

Le vent tourne brusquement

L’incapacité du Canadien à profiter de pénalités successives à Cody Franson et à John Hayden, permettant même aux hommes de Claude Julien de jouer à cinq contre trois pendant 35 secondes, est venu hanter la formation montréalaise. Vers la toute fin du premier vingt, le jeune Alex DeBrincat, que les Blackhawks ont acquis grâce à la transaction qui a envoyé Andrew Shaw à Montréal, a inscrit son premier but dans la LNH, aidé par une tentativement de dégagement de Jordie Benn qui a frappé le juge de ligne avant de rester près de la ligne bleue du Tricolore. Seulement 19 secondes plus tard, Brandon Saad, laissé complètement seul, a logé le disque dans un filet désert, et soudainement les Blackhawks menaient 2-1 même s’ils n’avaient obtenu que sept tirs contre 16.

Tic-tac-toc

Limité à seulement deux buts en 15 opportunités depuis le début de la saison, l’avantage numérique des Blackhawks s’est fait menaçant à sa deuxième occasion, au milieu de la deuxième période, et a permis à la troupe de Joel Quenneville de se donner une avance de deux buts. Posté à la pointe gauche, le défenseur Cody Franson a repéré le jeune Alex DeBrincat près du filet adverse, et ce dernier a ensuite glissé la rondelle de l’autre côté vers Artem Anisimov, qui l’a poussée derrière Carey Price, alors qu’il ne restait que neuf secondes à la pénalité mineure à Phillip Danault. Peu de temps auparavant, Paul Byron avait raté une belle chance lorsqu’il s’est présenté sur le flanc gauche et a décoché un tir que Corey Crawford a bloqué sans concéder de retour.

Avantage numérique inefficace

Après avoir pris les devants 3-1, les Blackhawks ont donné espoir aux partisans du Canadien en deuxième moitié de période en écopant deux pénalités mineures. Une fois de plus, la formation montréalaise n’a pas su profiter de ces opportunités, portant à 13 leur séquence d’avantages numériques sans tromper la vigilance du gardien adverse depuis le début de la saison.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!