Ryan Remiorz Ryan Remiorz / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — Les joueurs du Canadien de Montréal pensaient avoir réalisé des gains importants après leur victoire contre les Panthers de la Floride mardi. Quarante-huit heures plus tard, ils ont plutôt réalisé que Jonathan Quick n’est pas James Reimer.

À son 500e match en carrière, Quick a réalisé 40 arrêts et il a été l’artisan d’une victoire de 4-0 des Kings de Los Angeles jeudi soir au Centre Bell.

Quick, qui avait limité le Tricolore à un but en 37 tirs il y a huit jours à Los Angeles, a été encore meilleur cette fois-ci, et il a aidé les Kings (8-1-1) à égaler le meilleur départ de leur histoire après dix matchs.

Pendant ce temps, le Canadien (2-7-1) croupit au dernier rang dans l’Association Est.

Quick a fermé la porte à toutes les attaques du Canadien, surtout pendant les 40 premières minutes de jeu après lesquelles il avait déjà reçu 29 rondelles.

Il faut d’ailleurs croire que son rendement a miné le moral de la troupe de Claude Julien car celle-ci a dû patienter jusqu’à la septième minute de jeu du troisième vingt pour obtenir son 30e tir du match, un lancer des poignets inoffensif de Jeff Petry pendant une supériorité numérique.

La performance de Quick lui a permis de récolter un 46e jeu blanc en carrière, un deuxième cette saison et un deuxième à vie contre le Canadien, tous deux au Centre Bell. Quick a maintenant gagné ses six dernières sorties contre la formation montréalaise.

Pendant que les attaquants du Canadien se butaient à une muraille à une extrémité de la patinoire, ceux des Kings ont profité d’à peu près toutes leurs bonnes chances de marquer contre Carey Price, qui a été la cible d’applaudissements dérisoires au troisième vingt.

À sa décharge, deux des buts des Kings ont été le résultat d’erreurs directes du Canadien en zone défensive, ceux d’Adrian Kempe (6e) et de Tyler Toffoli (3e), inscrits à 11 secondes d’intervalle vers la toute fin de la première période.

De plus, Kempe, qui avait marqué trois buts la semaine dernière contre le Canadien, a battu Price en faisant dévier un tir de Derek Forbort. Ce scénario s’est répété sur le but de Kurtis MacDermid (1er), dont le tir a bifurqué sur le bâton d’Andrew Shaw, tôt en troisième période.

Anze Kopitar (7e), grâce à un superbe tir des poignets au deuxième vingt, a marqué l’autre but des Kings contre Price, qui a fait face à 28 rondelles.

La deuxième moitié de la troisième période s’est jouée devant des gradins à moitié vide et sous les huées bien sentis de plusieurs des partisans qui avaient choisi de rester à leur siège.

Charles Hudon ne s’est d’ailleurs pas caché pour faire part de ses états d’âme à ce sujet, et il s’est porté à la défense de Carey Price.

«Être Québécois, venir d’ici et entendre ça, c’est difficile, a déclaré Hudon, dans un vibrant plaidoyer.

«Oui, on a une passe difficile mais quand les partisans sont derrière nous, ça nous donne encore plus de momentum, encore plus d’énergie. Entendre ça aujourd’hui, surtout quand Carey touchait à la rondelle… On veut presque revivre l’affaire de Patrick Roy quand il était avec le Canadien. Je trouve que ça été difficile d’entendre ça, personnellement.

«Tout ce qu’on demande, a-t-il ajouté, c’est qu’il reste encore 70 matchs. La saison vient à peine de commencer. Perdre des partisans au début, c’est ‘rough’. Notre but, c’est de les avoir à chaque match et de recommencer à zéro au prochain.»

Les hommes de Claude Julien tenteront de renouer avec la victoire, et leurs partisans, samedi soir en recevant la visite de David Desharnais et des Rangers de New York, une équipe dont le début de saison est à peine moins laborieux que celui du Canadien.

Jeudi soir, les Rangers ont mérité une troisième victoire cette saison contre les pauvres Coyotes de l’Arizona qui ont perdu leurs dix premiers matchs du calendrier.

Échos de vestiaire

Claude Julien au sujet de l’incapacité du Canadien à profiter de ses chances :

«C’est décevant pour tout le monde. Ceux qui connaissent le hockey vous diront que pendant 19 minutes en première période, nous avons été la meilleure équipe. En deuxième, on n’a pas joué du mauvais hockey, mais la rondelle n’entre pas dans le filet. Et c’est frustrant pour tout le monde. Ce qu’il faut faire, c’est de continuer de travailler.»

Jeff Petry au sujet des deux buts rapides des Kings vers la fin de la première période :

«Nous ne pourrons pas toujours marquer le premier but, mais nous connaissions un bon match. Nous avons contrôlé le jeu pendant un bon bout de temps. Je ne pense pas que personne était démoralisé après le premier but mais c’est dur d’en concéder deux aussi rapidement. On a quand même bien réagi en deuxième mais nous avons été incapables de mettre la rondelle dans le filet.»

Carey Price au sujet des applaudissements dérisoires dont il a été la cible :

«Je n’ai rien à dire là-dessus. C’est arrivé dans le passé et ça va se produire de nouveau dans le futur.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!