Kevin M. Cox Kevin M. Cox / The Associated Press

NEW YORK — La scène a semé l’inquiétude: le quart-arrière Tom Savage des Texans de Houston gisait au sol, les mains crispées et tremblantes, dans la zone des buts. Mais ce qui s’est passé quelques instants plus tard s’est révélé encore plus troublant: Savage est revenu sur le terrain.

Le protocole des commotions cérébrales de la NFL fait l’objet de nombreuses critiques après cette décision controversée, dimanche, lors d’une défaite de 26-16 des Texans contre les 49ers de San Francisco. Ce n’est qu’après le bref retour sur le terrain de Savage que l’équipe médicale a déterminé que le quart-arrière avait bel et bien subi une commotion cérébrale et l’a retiré du match.

La NFL a toutefois annoncé, lundi matin, qu’elle va enquêter si le protocole a été correctement suivi dans ce cas.

Le porte-parole de la ligue, Joe Lockhart, a déclaré que la NFL et l’Association des joueurs «mèneront ensemble un examen approfondi de l’incident afin de déterminer si le protocole a été correctement suivi, mais nous continuons également à chercher des moyens de l’améliorer.»

Lockhart a ajouté que toutes les informations recueillies pendant cette enquête qui pourraient permettre une amélioration du protocole seront rapidement mis en œuvre.

Le porte-parole des joueurs, George Atallah, a écrit sur Twitter que l’Association «entamait une révision complète» de ce qui est arrivé à Savage dimanche.

Le fait de permettre à Savage de revenir sur le terrain après avoir été lourdement projeté au sol par Elvis Dumervil des 49ers — ses mains crispées alors qu’il était étendu directement au-dessous de l’arbitre John Hussey — a remis en lumière la façon dont la NFL gère les traumatismes crâniens. La NFL exige la présence de deux observateurs qualifiés sur la galerie de presse, un médecin d’équipe et un consultant en neurotraumatologie indépendant sur la ligne de touche pour aider à diagnostiquer les commotions cérébrales.

L’entraîneur des Texans, Bill O’Brien, a dit que s’il avait vu des images du coup et de ses conséquences, il n’aurait pas laissé Savage réintégrer le match.

Après le plaqué, Savage a été amené dans la tente médicale où il est resté moins de trois minutes, retournant ensuite au banc, avant de disputer une montée de plus.

Au cours de cette possession il a tenté deux passes, non complétées. À son retour sur les lignes de côté, le médecin de l’équipe l’a approché. On l’a évalué de nouveau et on a décidé de l’envoyer au vestiaire, une fois qu’on a établi qu’il a bel et bien subi une commotion cérébrale.

«Il n’y a pas de vidéo sur les lignes de côté, a dit O’Brien, lundi. Il n’y a que des tablettes. Il n’y a pas de vidéo ou quoi que ce soit du genre. En ayant vu la séquence sur vidéo, et en ayant à l’esprit le bien-être du joueur, je n’aurais jamais laissé ce joueur revenir dans le match, et je ne pense pas que (le thérapeute) Geoff Kaplan lui aurait permis non plus. Je n’ai pas le bénéfice du vidéo. Je n’ai rien vu.»

Chris Nowinski, un critique de longue date de la façon dont la NFL gère les commotions cérébrales, a déclaré: «Dégoûté que les Texans de Houston aient permis à Tom Savage de revenir dans le match après deux jeux malgré les horribles symptômes d’une commotion cérébrale à la suite d’un contact à la tête», a lancé Nowinski sur Twitter.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!