Gian Mattia D'Alberto/AP Ryder Hesjedal

MONTRÉAL – Bien malin qui peut prédire l’identité des vainqueurs des Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal, qui seront présentés les 7 et 9 septembre prochain. Car plusieurs grands noms sur la scène internationale ont confirmé leur présence et ils n’effectueront pas le déplacement pour y faire de la figuration.

Le Canadien Ryder Hesjedal, vainqueur du Tour d’Italie cette année, l’Australien Cadel Evans, vainqueur du Tour de France 2011, et le jeune Slovaque Peter Sagan, vainqueur de trois étapes au Tour de France, où il s’est assuré le maillot vert récompensant le meilleur sprinter, figurent parmi les têtes d’affiche.

Mais selon le président de l’événement, une dizaine de coureurs peuvent prétendre à la victoire.

«Tout le monde vient pour la gagne, affirme Serge Arsenault, toujours aussi enthousiaste quand il doit faire la promotion de son événement. Les équipes nous ont délégué leur leader.»

Et malgré les absences de Bradley Wiggins, vainqueur du Tour de France 2012 et du contre-la-montre des Jeux olympiques de Londres, ou d’Alberto Contador, qui a choisi de disputer le Tour d’Espagne pour son retour à la compétition après sa suspension pour dopage, force est d’admettre que le plateau est relevé pour cette troisième édition de ces Grands Prix.

Outre les Hesjedal (Garmin-Sharp), Evans (BMC) et Sagan (Liquigas-Cannondale), le Français Thomas Voeckler (Europcar), vainqueur à Québec en 2010, le Britannique Geraint Thomas (Sky), champion olympique de la poursuite par équipes à Londres, les Français Pierrick Fedrigo (FDJ BigMat), battu au sprint à Montréal l’an dernier, et Sylvain Chavanel (Omega Pharma-Quickstep) seront aussi à surveiller.

Voeckler, un vétéran de 33 ans, hésite à identifier les favoris, n’ayant pas encore pris connaissance de la liste des engagés lorsqu’il a parlé aux journalistes en conférence téléphonique.

«C’est clair que si un coureur comme Sagan est là, il est capable de gagner sur tous les terrains, a confié Voeckler, qui participe présentement au Tour Poitou-Charentes, en France. C’est le nom que je vous donne, mais il ne faut pas parier sur lui, la cote n’est pas très grande.»

Il va sans dire que la présence d’autant de bons coureurs réjouit Arsenault.

«Personnellement, je ne pensais pas atteindre ce niveau d’attrait auprès des coureurs avant 2016 ou 2017», reconnaît Arsenault, qui cite notamment la qualité des parcours, de l’organisation, les points UCI accordés pour ces deux courses et le soutien des spectateurs comme facteurs expliquant le succès des deux courses auprès des coureurs.

Vainqueur de la course des Trois Vallées Varésines, samedi, en Italie, David Veilleux, de Cap Rouge, sera au départ des deux courses avec l’équipe Europcar de Voeckler.

Son leader apprécie beaucoup les qualités du Québécois,

«Il a gagné une course qui est très bien cotée. C’est clair et net qu’il a franchi un palier au niveau physique ces derniers mois», précise Voeckler au sujet de Veilleux.

«Ce que j’apprécie chez David, c’est son état d’esprit. Il veut toujours aller au combat, travailler pour son leader. Sur la dernière course, je n’étais pas en grande forme, je lui ai dit ‘saisis ta chance’ et du coup il a gagné.»

Selon Voeckler, les récentes performances de Veilleux feront en sorte que les attentes seront élevées pour les courses de Québec et Montréal.

«Il lui faudra faire attention. Au niveau où il est rendu, il ne doit pas chercher à faire le spectacle, mais plutôt viser la victoire. Et ça veut dire prendre le risque de passer inaperçu pendant la course et d’attendre au dernier moment pour tenter le grand coup.»

L’équipe du Canadien Steve Bauer (SpiderTech) a obtenu une invitation des organisateurs et elle alignera parmi ses coureurs les Québécois Martin Gilbert, François Parisien, Guillaume Boivin et Hugo Houle.

Le peloton des Grands Prix de Québec et de Montréal sera composé de 18 équipes ProTeam et de trois équipes professionnelles Continentales. Équipe Canada, composée de huit coureurs canadiens de la relève, disputera pour sa part l’épreuve de Québec seulement.

Le Grand Prix de Québec sera précédé pour une deuxième année par le Challenge Sprint Pro, le 6 septembre. Il s’agit d’une course d’un kilomètre mettant en vedette un représentant de chacune des équipes présentes. Les coureurs disputent un sprint par vagues de trois ou quatre coureurs. Les deux premiers de chacune des vagues se qualifient pour la ronde suivante et ce, jusqu’à la finale qui couronne le grand champion.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!