Claude Paris Claude Paris / The Associated Press

MONACO — Daniel Ricciardo de Red Bull a surmonté une chute de puissance à la mi-course pour remporter le Grand Prix de Formule Un de Monaco, dimanche.

Partant de la pole, l’Australien a cheminé vers une septième victoire en carrière, une deuxième cette année, après la Chine. Il s’agit de sa première victoire découlant d’une première place au départ.

Sebastian Vettel de Ferrari a terminé deuxième à 7,3 secondes du gagnant, devant la Mercedes de Lewis Hamilton.

Ricciardo s’est imposé grâce à une brillante démonstration de pilotage défensif, après avoir perdu à peu près 25 pour cent de la puissance de son moteur. Vettel s’est approché à une seconde avec une quarantaine de tours à compléter, sur 78, mais Ricciardo a résisté.

Vettel s’est légèrement approché de Hamilton au classement des pilotes, réduisant de 17 à 14 points sa marge au sommet.

Hamilton a joué d’audace en allant aux puits pour de nouveaux pneus ultra-mous plusieurs tours avant ses rivaux, mais l’usure est ensuite devenu un souci.

«Je crois que nous avions le rythme voulu (pour gagner), a dit Vettel, qui était en quête d’une 50e victoire. Mais Daniel avait toujours les réponses.»

«Une deuxième place aurait été plaisante, mais j’ai fait tout ce que je pouvais», a mentionné Hamilton.

Kimi Raikkonen (Ferrari) a terminé quatrième, suivi de la Mercedes de Valtteri Bottas et de la Force India d’Esteban Ocon.

Le Québécois Lance Stroll, qui partait 18e, a dû se contenter du 17e rang. Il a subi deux crevaisons dont une dès le premier tour, suite à une collision avec la Sauber de Marcus Ericsson.

«Notre moteur surchauffait constamment, a dit Stroll. Nous ne pouvions pas approcher à moins de cinq secondes d’une voiture. Et avec les crevaisons, je n’ai pas eu de vraie opportunité. Je devais toujours laisser passer des voitures. Mais j’ai hâte au Grand Prix du Canada. Espérons que nous pourrons faire beaucoup mieux.»

Partant 20e, Max Verstappen, de Red Bull, s’est hissé jusqu’à la neuvième place. Il a notamment signé le tour le plus expéditif (1:14,260).

Il y a deux ans, un arrêt bâclé dans les puits lui a coûté la victoire en principauté.

«J’attendais cette victoire depuis deux ans. C’est la rédemption, a dit Ricciardo, qui a donné l’accolade au dirigeant principal chez Red Bull, Christian Horner. Je n’avais plus de puissance à mi-chemin, je pensais que ma course était finie. Mais grâce à l’équipe, nous sommes revenus dans le portrait. Je suis très heureux.

«Nous avions certains doutes, mais nous sortons d’ici les vainqueurs. C’est une très belle sensation.»

Ricciardo a célébré à sa façon habituelle, en buvant du champagne versé dans l’une des ses chaussures. La bouteille est ensuite allée au prince Albert de Monaco, qui a pris une petite gorgée.

Red Bull en était à une 250e course en Formule Un.

Ricciardo est maintenant troisième au classement des pilotes, avec 72 points. Hamilton en a 110, Vettel 96. Ce trio compte deux victoires chacun en 2018.

On a déployé la voiture de sûreté virtuelle quand les freins ont lâché sur la Sauber de Charles Leclerc, causant une collision avec la Toro Rosso de Brendon Hartley. Les autres pilotes ont ainsi dû garder une vitesse constante, sans dépassements. Tardif (il ne restait que six tours), l’incident n’a pas influencé le résultat de la course.

La prochaine course sera le Grand Prix du Canada à Montréal, le 10 juin. Hamilton a remporté les trois dernières éditions de l’événement. Ricciardo a remporté la course en 2014, Vettel en 2013.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!