LAVAL, Qc — Marie-Ève Dicaire a signé une 13e victoire d’affilée en demi-finale du combat Pascal-Bossé. Mais elle a été incapable d’aller chercher le premier K.-O. qu’elle cherche tant.

Dicaire (13-0, 0 K.-O.) a dominé du premier au dernier rounds face à Alejandra Ayala (9-4, 5 K.-O.), sans jamais être capable de mettre fin prématurément aux hostilités.

Après un premier round plutôt partagé, Dicaire a atteint solidement Ayala en quelques occasions avec des directs de la gauche au deuxième. La Mexicaine ne devait pas être fâchée de voir arriver la fin de cet assaut.

La championne de la North American Boxing Federation (NABF) des super mi-moyennes — titre qui n’était pas en jeu vendredi — a repris de plus belle au troisième, qu’elle a largement dominé, malgré quelques bonnes droites en contre-attaques d’Ayala.

Dicaire, classée aspirante no 2 du World Boxing Council (WBC) et de la World Boxing Association (WBA), a dominé chacun des rounds, atteignant souvent la cible. mais Ayala a réussi à rouler avec les coups tout au long de la soirée. La Mexicaine a passé la soirée dos aux câbles, a accepté les coups de la Québécoise tout en se défendant juste assez pour que l’arbitre Yvon Goulet ne mette pas fin aux hostilités.

D’ailleurs, à chaque fois que la cloche a retenti, Dicaire semblait déçue que son adversaire n’ait pas plié l’échine.

Le «spectacle Dicaire» — elle devait avoir l’avantage 20 contre un sur les coups lancés — s’est poursuivi aux sixième et septième, avec toujours le même résultat: Ayala dans les câbles, Dicaire qui lui lance une pluie de coups, puis la cloche retentit.

Au neuvième, Ayala a été capable de placer quelques bons coups en contre-attaque, surtout vers la fin de l’engagement, dont deux crochets de gauche qui ont solidement atteint Dicaire au visage. Mais la Québécoise n’a jamais été en danger, loin de là.

Dicaire a d’ailleurs terminé l’affrontement tout en puissance. Un uppercut au corps et deux crochets de gauche à la tête ont solidement atteint la cible, sans faire fléchir Ayala.

Les juges ont octroyé unaniment la victoire à la Québécoise, remettant tous des pointages de 100-90.

Tout juste avant cette demi-finale, Yoni Sherbatov (8-1-1, 4 K.-O) et Luis Solorzano (5-4, 3 K.-O.) se sont affrontés dans un combat d’arts martiaux mixtes. Solorzano a donné du fil à retordre au Lavallois, notamment au deuxième round, qu’il a nettement dominé. Pourtant, Sherbatov a inscrit une victoire par décision unanime, un des juges lui octroyant même le pointage de 30-27. Les deux autres cartes étaient de 29-28 et 29-27.

Peut-être parce qu’il était présenté devant un public davantage friand de boxe, cette incursion des arts martiaux mixtes dans ce gala a refroidi l’atmosphère, qui pourtant était bien réchauffée en vue des derniers combats de la soirée.

C’est le troisième combat de cette carte, entre les poids moyens Michaël Cyr (1-1, 0 K.-O.) et Jean-Michel Bolivar (4-1, 2 K.-O.), qui a réellement allumé la foule.

Bolivar et Cyr n’ont pas trop donné dans la défensive et les deux pugilistes ont échangé coup pour coup. À compter du deuxième, Bolivar s’est toutefois détaché de son adversaire, l’envoyant deux fois au tapis. À chaque fois, Cyr s’est relevé pour foncer tête première sur son adversaire.

Au troisième, Cyr a de nouveau visité le plancher. Le boxeur de Saint-David ne s’en est pas remis et l’arbitre Yvon Goulet a mis combat après ces 69 secondes d’action.

Yan Pellerin (2-1, 0 K.-O.) a ensuite été surpris par le Mexicain Fernando Galvan (3-1, 1 K.-O.). Le lourd léger de Matamoros, qui semblait nager plus que boxer tellement ses coups étaient larges, a inscrit une victoire par décision unanime. Il a obtenu la faveur des trois juges 39-37.

K.-O. pour Balmir, mais…

On ne sait trop ce que ce que Jordan Balmir (10-0, 6 K.-O.) est allé chercher comme expérience dans le combat suivant face à l’Allemand Vito Vendetta (12-5-1, 7 K.-O.). La bonne nouvelle: le poids moyen de Drummondville a inscrit un retentissant K.-O., à 1:16 du deuxième round d’un crochet de la droite. La mauvaise: il a remporté ce combat contre un boxeur dont les opposants ont une fiche combinée de 70-368-7…

Loin de s’en faire, Balmir a ensuite pris le micro pour lancer un défi à Steve Butler. Ce dernier lui a rapidement répliqué sur ses réseaux sociaux, le prévenant qu’il allait «lui faire mal» s’ils devaient se croiser dans le ring. Disons que Balmir devra engranger quelques combats afin d’être prêt à affronter un client de la trempe de Butler.

Le Lavallois Whitney Baille (7-0, 2 K.-O.) a lancé les hostilités face au Mexicain Victor Hugo Lorenzo (9-4, 1 K.-O.). Le poids léger a signé une victoire à sens unique, les trois juges remettant des cartes de 60-54.

Immédiatement après ce combat, Roody Pierre-Paul (16-4-2, 6 K.-O.) a eu maille à partir avec Oszkar Fiko (32-25-1, 17 K.-O.), si bien que c’est le léger Roumain qui a ajouté une victoire à sa fiche, par décision majoritaire. Deux juges lui ont octroyé un pointage de 59-55, tandis que le troisième a vu un combat nul, 57-57. Une performance décevante de la part de Pierre-Paul.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!