MONTRÉAL — C’est à se demander où les Alouettes de Montréal avaient laissé leur belle confiance affichée cette semaine à l’entraînement. La troupe de Mike Sherman est sortie complètement à plat face aux Lions de la Colombie-Britannique, qui en ont profité pour inscrire leur première victoire en territoire adverse cette saison, 32-14.

Encore dans le coup avec quelque trois minutes à faire, Antonio Pipkin a plutôt lancé ses troisième et quatrième interceptions du match, toutes deux ramenées pour des majeurs qui ont scié les jambes des Alouettes.

La première a été retournée par T.J. Lee, sur 37 verges, pour sceller l’issue du match et inciter la majorité des 15 346 spectateurs qui s’étaient déplacés au stade Percival-Molson à gagner les sorties.

La seconde a été saisie par le demi de coin Anthony Orange, qui a couru sur 54 verges pour enfoncer le dernier clou dans le cercueil des Alouettes (3-9).

Pipkin a été très ordinaire dans ce match. Il n’a complété que 11 de ses 22 passes pour 95 verges. Son coefficient d’efficacité en fin de match était de zéro. Les Lions ont inscrit 24 de leurs 32 points à la suite des quatre interceptions du jeune quart des Alouettes, qui avait pourtant montré de belles choses à ses trois premiers départs.

«J’ai été terrible, a simplement répondu le quart de 23 ans lorsqu’on lui a demandé d’analyser son match. Terrible. Il n’y a pas autre chose d’autre à dire que j’ai été terrible.»

Mais Pipkin n’est pas le seul à blâmer. Après avoir fait preuve d’une belle cohésion au cours des dernières rencontres, l’unité offensive des Alouettes s’est effondrée et les Lions en ont profité pour récolter sept sacs du quart.

«Nous n’avons pas été très bons en attaque, autant les joueurs que les entraîneurs, l’a défendu l’entraîneur-chef Sherman. On a eu beaucoup de problèmes en protection. Souvent, il (Pipkin) a dû courir pour sauver sa peau. Peu importe qui nous aurions eu au poste de quart (vendredi), il aurait connu une soirée difficile.

«Sur la première série, il a échappé une remise et au lieu de se débarrasser du ballon, il s’est dépêché à faire une passe, qui a été interceptée. C’est sa faute. Mais sur d’autres jeux, nous ne lui avons tout simplement pas donné de chance.»

«C’est sûr qu’on se sent mal. Vous me dites qu’on a accordé sept sacs? Je ne peux pas dire ce que j’en pense vraiment devant les journalistes, a pour sa part noté le centre Kristian Matte. Tout le monde est à blâmer: la ligne, les bloqueurs, les receveurs, le quart. Nous sommes 12. Un seul qui commet une erreur et ça peut virer mal. Nous avons tous (commis une erreur chacun) à notre tour ce soir.»

Après la sortie de Johnny Manziel cette semaine, cette contre-performance de Pipkin relancera tout de même la controverse des quarts.

Bryan Burnham a marqué l’autre majeur des vainqueurs, qui ont aussi obtenu deux points quand les locaux ont concédé un touché de sûreté. Tyler Long, avec des placements de 25, 30 et 45 verges, s’est chargé de compléter le pointage.

Tevaughn Campbell, sur un retour de placement bloqué par Chip Cox ramené sur 87 verges, a marqué l’unique touché des Alouettes. Boris Bede a complété la marque avec des placements de 46 et 29 verges et un simple sur un dégagement.

Les Lions (5-6) n’avaient pas encore inscrit la victoire en cinq sorties à l’étranger jusqu’ici. Cette victoire leur permet également de remporter deux matchs d’affilée pour la première fois en 2018.

Chez les Lions, Jonathon Jennings, venu remplacer Travis Lulay après deux jeux seulement, s’est très bien tiré d’affaire, complétant 19 de ses 30 passes pour 180 verges, un touché et une interception.

Lulay souffre quant à lui d’une dislocation de l’épaule gauche, subie lorsque plaqué au sol par John Bowman. Le droitier n’avait eu le temps que de compléter une passe en deux tentatives pour 41 verges.

C’est le deuxième match d’affilée que Lulay doit quitter en raison d’une blessure.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!