MONTRÉAL – Alors qu’il est à peaufiner sa préparation en vue des X Games d’hiver, présentés à Aspen, au Colorado, de jeudi à dimanche, Sébastien Toutant garde également un oeil sur les Jeux de Sotchi.

Alors qu’à la fin de la dernière saison il croyait devoir modifier quelque peu son calendrier de compétitions afin de pouvoir se qualifier pour les Jeux de 2014, au cours desquels son sport effectuera son entrée sur la scène olympique, il affirme que presque rien n’a changé.

Il appréhendait ces changements en raison de la décision de la Fédération internationale de ski (FIS) de ne pas reconnaître les épreuves disputées sur le Dew Tour et le TTR, les deux principaux circuits de surf des neiges de la planète, ceux auxquels les meilleurs prennent part.

«En fait, cette année, on ne fait que qualifier des places pour le Canada, a précisé l’athlète de L’Assomption. Alors cette année, je n’ai qu’ajouté la Coupe du monde de Sotchi, en février, à mon calendrier. Pas tant pour acquiescer à la demande de la FIS que pour me familiariser avec la Russie, un pays que je n’ai jamais visité. Comme ça, quand j’y retournerai l’an prochain, je serai plus habitué.

«En bout de ligne, mon horaire n’a pas beaucoup changé, car j’ai décidé de ne pas faire plus de compétitions FIS.»

Toutant s’en remet donc à ses compatriotes qui y prendront part pour sécuriser le maximum de quatre places disponibles pour le Canada.

«On va espérer avoir ces quatre places. Ce n’est que l’an prochain, avant les Jeux, que nous connaîtrons les épreuves qui serviront de qualifications (individuelles).»

Sa place n’est pas assurée, mais il croit que même si une mésaventure devait se produire pour lui lors des épreuves de qualifications, la fédération canadienne serait en mesure de lui accorder un laissez-passer pour les JO.

«Je vais passer par tout le processus, mais je pense que pour Mark McMorris et moi (qui sont les favoris canadiens), c’est pas mal chose faite.»

McMorris, de Regina, a réussi le doublé big air et slopestyle aux derniers X Games.

D’ailleurs, Toutant, médaillé de bronze du big air et quatrième du slopestyle aux X Games de 2012, déplore l’attitude de la FIS dans tout ce processus de qualifications. Selon lui, cette décision a grandement contribué à embrouiller les relations entre les athlètes des deux principaux circuits professionnels et la fédération internationale.

«C’est certain que tout le monde va faire ce qu’il faut pour aller aux Jeux olympiques, mais si ce n’était pas une année olympique, personne ne participerait à ces compétitions (FIS), estime-t-il. C’est ‘plate’ qu’ils se servent de ces compétitions pour les qualifications, car ce ne sont pas les meilleurs surfeurs qui y participent. Mais on fait avec. Cette année, je fais la Coupe du monde de Sotchi parce que je suis un peu obligé de la faire, sinon, je ne la ferais pas.»

Mais avant de penser aux JO, Toutant voudrait bien améliorer son palmarès aux X Games. Afin d’y parvenir, le surfeur de 20 ans a indiqué avoir quelques nouveaux trucs en banque, question de tenter d’impressionner les juges de cette compétition très relevée, à laquelle seulement 16 planchistes invités participeront.

«Les X Games, c’est la plus grosse compétition de l’année, alors faut donner tout ce qu’on a, a-t-il indiqué d’Aspen, au cours d’une entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne. Le site est vraiment excellent. Les sauts sont vraiment gros.»

En raison du plateau trié sur le volet, croit-il que la finale des X Games sera plus relevée que celle de Sotchi?

«Ici, nous sommes 16. Aux Jeux, il y aura possiblement quatre athlètes par pays. Malgré cela, je crois que le niveau sera vraiment élevé et que la finale sera (d’une qualité) similaire à ce que nous verrons aux X Games.»

Les qualifications en slopestyle des X Games seront présentées jeudi et la finale samedi, tandis que la compétition de big air aura lieu vendredi.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!