La Presse Canadienne Lucien Bute et Jean Pascal

MONTRÉAL – Pour InterBox et Groupe Yvon Michel, le combat opposant Lucian Bute à Jean Pascal, le 25 mai prochain, au Centre Bell, ne sera pas l’un des plus gros combats de l’histoire de la boxe canadienne. Il sera le plus important d’entre tous.

Les deux groupes de promotion ont lancé en grandes pompes les activités entourant la présentation du combat de championnat NABF des mi-lourds et WBC Diamond que se livreront Bute (31-1, 24 K.-O.) et Pascal (27-2-1, 16 K.-O.), les deux grandes vedettes de la boxe québécoise.

À la manière de l’Ultimate Fighting Championship, la conférence de presse était ouverte au public, mais ce dernier n’a pas répondu en très grand nombre.

Pour Yvon Michel, président de GYM, ce combat est même plus important que le mythique affrontement que s’étaient livrés «Sugar» Ray Leonard et Roberto Duran au Stade olympique, en juin 1980.

«Si on essaie de comparer Pascal-Bute à ce qui s’est fait ici avant, il n’y a aucun comparable, a martelé le promoteur. Je ne veux rien enlever à ces confrontations du passé, car j’y ai participé avec passion et fébrilité, mais ça n’a rien à voir avec ce combat-ci. On a deux grandes vedettes internationales. Le billet que vous allez acheter pour le 25 mai, vous allez le montrer avec fierté à vos enfants.»

Déjà, dès midi mardi et seulement avec la pré-vente, plus de 3000 billets avaient trouvé preneurs.

D’ailleurs, Michel a tenu à rappeler à ceux qui doutaient de la pertinence de tenir ce combat présentement que plusieurs grands combats sans titre mondial à l’enjeu ont retenu l’attention au cours de l’histoire de la boxe.

«Des gens ont suggéré que (Pascal et Bute) devraient se concentrer à livrer des championnats du monde et ne pas se livrer cette guerre fratricide. On demande à des alpinistes: ‘Pourquoi voulez-vous monter l’Everest?’ et ces derniers répondent: ‘Parce que c’est là, parce que ça existe, parce que c’est un défi’. De refuser de faire ce combat-là, ce serait comme si un Tibétain refusait de monter l’Everest parce que c’est trop local.

«Pourtant, à tous les jours, l’Everest est dans sa face, il le nargue un peu. En même temps, les alpinistes du monde entier se rendent au Tibet pour le grimper. Vous savez, en sport, il y a deux façon d’évaluer des athlètes: en comparant leur performance sur la scène internationale et l’autre, c’est quand ils s’affrontent.

«Lucian Bute et Jean Pascal ont livré 17 combats de championnat du monde. Ils l’ont donc fait, affronter des gens de l’extérieur en championnat du monde.

«Et souvenez-vous: Ali-Norton I et II, c’étaient pour un titre NABF, comme (Bute et Pascal). Ali-Frazier II, c’était pour le titre NABF. Tu n’as pas besoin d’un combat de championnat du monde quand tu as un combat de cette envergure», a ajouté Michel, avant de rappeler que les combats qui permettront à Arturo Gatti de faire son entrée au Temple de la renommée de la boxe ne sont pas ses combats de championnat du monde, mais bien sa trilogie contre Micky Ward.

Signe de l’envergure de combat, la chaîne américaine HBO le présentera, quelques heures après la diffusion du combat entre Carl Froch et Mikkel Kessler, disputé en Angleterre. Kery Davis, vice-président de la chaîne câblée, était sur place pour parler de l’ampleur et de l’attrait du combat pour HBO, qui devait initialement présenter le combat de championnat du monde des mi-lourds entre Pascal et Chad Dawson ce soir-là.

«Ce combat a une signification historique, a illustré Davis. Je crois qu’il s’agira du plus grand combat de l’histoire du Canada. (…) C’est comme s’il n’y avait pas de place pour ces deux boxeurs. Ils se battront pour la suprématie nationale.»

Premiers jabs échangés

Si le ton de la conférence de presse est demeuré poli et courtois, les deux clans en ont tout de même profité pour s’échanger quelques jabs.

Jean Bédard, le président d’InterBox, a lancé les hostilités en disant souhaiter que Pascal désire autant ce combat que Bute, ce qu’il n’avait pas ressenti au cours des derniers mois. À cela, Michel a répondu que c’était un plaisir de travailler de concert avec InterBox, un groupe qu’il connaissait bien «puisqu’on l’a battu deux fois», a-t-il noté en référence aux deux victoires de Pascal face à Adrian Diaconu.

Contrairement à son habitude, Pascal n’a pas mis le feu aux poudres. Le boxeur de 30 ans a été plutôt élogieux à l’endroit de Bute.

«Lucian a défendu son titre 10 fois (sic), il sera mon plus difficile adversaire. Même si les preneurs aux livres devaient m’établir le favori, je crois que c’est Lucian qui devrait l’être et je me prépare pour ce combat comme si j’étais le négligé.»

Bute, 33 ans, a quant à lui brossé le portrait de leurs carrières respectives.

«Nous avons grandi parallèlement. On a boxé tous les deux sur HBO. Nous sommes connus au Québec et mondialement. Nous allons nous livrer un combat qui sera historique le 25 mai. Tous nos partisans qui nous suivent depuis nos débuts assisteront à un combat très spectaculaire.»

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!