Kirsty Wigglesworth Ronaldo, Jerome Valcke. Kirsty Wigglesworth / The Associated Press

MONTRÉAL – Fidèle à ses racines britanniques, John Herdman a réagi de façon mesurée, mardi, quand il a appris que le Canada se retrouvait dans le même groupe que le Japon, la Suède et l’Afrique du Sud en phase préliminaire du tournoi olympique de football féminin des Jeux de Londres.

«Ç’aurait pu être mieux, mais ç’aurait pu être pire», a lancé le pilote de la sélection canadienne féminine après avoir assisté au tirage au sort à Wembley, en Angleterre.

«La plupart des entraîneurs auraient souhaité être dans le groupe E, a noté Herdman en faisant allusion à la poule qui regroupera la Grande-Bretagne, la Nouvelle-Zélande, le Cameroun et le Brésil. Mais au moins nous ne serons pas dans le groupe G, que plusieurs considèrent comme le groupe de la mort.»

Les États-Unis s’y mesureront à la France, la Colombie et la Corée du Nord.

«Ce sera difficile de sortir de notre groupe, mais c’est faisable, a dit Herdman lors d’une conférence téléphonique, quelques heures après le tirage au sort. Si les joueuses font le travail qu’elles doivent faire d’ici le tournoi et réussissent à relever le défi tactiquement et techniquement, et qu’elles abordent le tournoi de la bonne façon, nous avons des chances.»

Le Japon, équipe championne de la dernière Coupe du monde qui est classée troisième au monde, sera le premier adversaire du Canada. Ce match aura lieu le 25 juillet au Ricoh Arena de Conventry, deux jours avant la cérémonie d’ouverture des Jeux de Londres. Le Canada, classé septième au monde, affrontera ensuite à l’Afrique du Sud (65e) le 28 juillet à Conventry, puis la Suède (no 5) le 31 juillet à St. James Park à Newcastle.

«Les Japonaises sont dans une ligue à part et c’est l’équipe à battre en ce moment même si, quand je dirigeais l’équipe de la Nouvelle-Zélande, nous avons disputé des matchs serrés contre elles, a indiqué Herdman. C’est une équipe qui est meilleure maintenant qu’elle ne l’a été à la Coupe du monde, l’été dernier. En plus de leurs qualités techniques et tactiques, les Japonaises ont maintenant l’assurance d’une équipe championne du monde.

«Les Sud-Africaines forment une équipe dangereuse mais le match contre la Suède sera celui qui décidera de tout», a dit Herdman des Suédoises, qui ont terminé au troisième rang à la dernière Coupe du monde.

Pour se retrouver en quarts de finale, les Canadiennes devront réussir à être un peu plus dynamiques à l’attaque qu’elles ne l’ont été jusqu’ici, a reconnu Herdman.

«Il faut que les joueuses aient plus d’assurance dans leurs prises de décision avec le ballon, afin de pouvoir passer dans les espaces serrés au milieu du terrain, a-t-il indiqué. C’est là-dessus que nous allons travailler au cours des trois prochains mois. Mais nous ne sommes pas tellement loin des équipes de premier niveau. Il s’agit pour nous d’avoir une plus grande polyvalence sur le plan tactique.»

Les deux meilleures équipes de chaque groupe et deux de celles ayant terminé à la troisième place se qualifieront pour les quarts de finale. Celles-ci se dérouleront le 3 août. Les demi-finales suivront le 6 août et les matchs pour les médailles, le 9 août.

Chez les hommes

Dans le tournoi masculin, le Brésil amorcera sa quête d’un premier titre olympique contre l’Égypte au stade Millennium de Cardiff, le 26 juillet, la veille de l’ouverture des JO. Les Brésiliens croiseront aussi le fer avec le Bélarus et la Nouvelle-Zélande dans le groupe C.

Dans le groupe D, l’Espagne, championne du monde, rencontrera le Honduras, le Japon et le Maroc lors de la phase préliminaire.

La Grande-Bretagne, qui présentera une équipe masculine aux Jeux olympiques pour la première fois depuis 1960, disputera son premier match contre le Sénégal. Elle aura également pour adversaires les Émirats arabes unis et l’Uruguay dans le groupe A.

Le groupe B est formé du Mexique, de la Corée du Sud, du Gabon et de la Suisse.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!