Archives Métro Eugenie Bouchard.
MONTRÉAL — La Québécoise Eugenie Bouchard et son entraîneur Thomas Hogstedt ont décidé de ne pas participer à la rencontre de Fed Cup entre le Bélarus et le Canada, les 6 et 7 février, au PEPS de l’Université Laval.
Cette décision de la Québécoise survient sept jours après qu’elle se soit inclinée en un peu moins de 90 minutes devant la Polonaise Agnieszka Radwanska en deux manches de 6-4 et 6-2 au deuxième tour des Internationaux de tennis d’Australie.
“Je suis déçue de ne pas pouvoir participer à la Fed Cup à Québec la semaine prochaine, a-t-elle écrit sur Twitter. À cause de ma blessure, qui a écourté ma préparation pendant la saison morte, je dois encore travailler afin de retrouver ma forme, me préparer pour le reste de la saison et représenter mon pays aux Jeux olympiques cet été. J’apprécie toujours le fait de jouer devant mes partisans au Canada et je souhaite la meilleure des chances à mes coéquipières.”
C’est une douche froide pour Tennis Canada. En entretien téléphonique, alors qu’il revient d’Australie, le capitaine de l’équipe canadienne de la Fed Cup, Sylvain Bruneau, a reconnu que cette annonce était un dur coup.
“C’est sûr que nos chances de l’emporter sont moins élevées parce que nous sommes privés des services d’Eugenie et qu’il faut composer avec la participation de Victoria Azarenka, a reconnu Bruneau. Sur papier, nous sommes négligés, et il va vraiment falloir bien jouer et y croire parce qu’on ne sait jamais ce qui peut se produire.”
Le vice-président Eugène Lapierre estimait en entrevue à La Presse Canadienne la semaine dernière que le désir de Bouchard de jouer des matchs de haut calibre combiné à son calendrier moins chargé qu’au cours des années passées faisaient en sorte que les chances de voir la meilleure raquette canadienne à Québec étaient bonnes.
Ce n’est pas la première fois que Bouchard fait l’impasse sur un duel de la Fed Cup. La joueuse originaire de Westmount a déjà expliqué son absence des rencontres de Québec par le passé par un calendrier chargé. Cette fois-ci, son prochain tournoi n’est qu’en février, à Rio.
En l’absence de Bouchard, Tennis Canada a annoncé mercredi que le Canada sera représenté par Françoise Abanda, Gabrielle Dabrowski, Aleksandra Wozniak et Carol Zhao. C’est donc dire que Bianca Andreescu, qui est âgée de 15 ans, et Charlotte Robillard-Millette, 17 ans, ont été laissées de côté.
“Nous aurions pris Bianca dans l’équipe, mais elle a subi une fracture de stress à un pied pendant le tournoi en Australie et on ignore pour l’instant pendant combien de temps elle sera à l’écart du jeu, a expliqué Bruneau. Pour ce qui est de Charlotte, nous sommes satisfaits de sa progression, mais comme l’équipe est déjà très jeune avec notamment Françoise, nous avons préféré opter pour une joueuse expérimentée comme Aleksandra.”
Un retour surprenant
La présence de Wozniak, de Blainville, au sein de la formation canadienne est surprenante, compte tenu du fait que Lapierre a déclaré la semaine dernière qu’il est peut-être trop tôt pour la revoir en Fed Cup. Il a notamment mentionné que “Wozniak n’a pas démontré qu’elle était dans la forme la plus resplendissante de sa carrière”.
Bruneau partage en partie le point de vue de Lapierre, mais estime qu’elle a démontré une belle progression dans les dernières semaines. “Aleksandra est une joueuse qui a déjà très bien fait en Fed Cup. D’ailleurs, Eugenie et elle avaient offert de très gros matchs pour nous permettre de battre la Serbie et la Slovaquie, a-t-il rappelé. Ceci étant dit, c’est vrai que c’était en 2014. Depuis ce temps-là, elle a subi une blessure et a manqué un an. Mais elle joue de mieux en mieux — on a fait un camp en Floride en décembre avec toutes les filles, et elle a bien joué —; je vois une belle progression. En raison de son expérience, je trouvais que c’était une bonne chose de l’avoir au sein de l’équipe.”
Le duel contre le Bélarus, qui s’est qualifié pour le Groupe mondial II pour la troisième fois de son histoire, promet d’être tout un défi.
“Nous savons très bien que nous affronterons une équipe extrêmement dangereuse, a mentionné Bruneau. Elle compte sur Azarenka et possède beaucoup de profondeur. De notre côté, nous aurons une équipe composée à la fois de joueuses expérimentées et de jeunes espoirs. Nous voulons nous assurer d’avoir une très bonne semaine d’entraînement à Québec et de tirer avantage du fait que nous jouons à la maison. Nous serons prêts pour de grosses batailles.”
Outre Azarenka, qui vient tout juste d’être éliminée en quarts de finale des Internationaux d’Australie, la formation du Bélarus sera composée de la 16e raquette mondiale Olga Govortsova (70e), d’Aliaksandra Sasnovich (105e) et de Vera Lapko (533e).

 

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!