Paul Chiasson/La Presse Canadienne Pour son premier match à Montréal en 2016, Didier Drogba n'a pas vraiment eu l'occasion de mettre en valeur son talent offensif.

Après deux victoires au Stade olympique, l’Impact de Montréal s’est incliné 2-0 face au Toronto FC à l’occasion de ses retrouvailles avec le stade Saputo, samedi après-midi.

Auteur des deux buts, le joueur étoile Sebastian Giovinco a été le bourreau du Bleu-blanc-noir. Il a d’abord ouvert la marque en fin de première mi-temps sur penalty, après un tacle fautif de Victor Cabrera sur Jozy Altidore. Le gardien montréalais Evan Bush a plongé du bon côté, sans pouvoir repousser le ballon.

L’Italien a doublé la mise à 10 minutes de la fin du match d’un tir croisé au ras du sol, à la suite d’un tacle manqué d’Ambroise Oyongo. Rentré en remplacement de Hassoun Camara, qui s’est blessé aux ischio-jambiers, le latéral droit camerounais a d’ailleurs paru en difficulté sur les deux buts concédés.

«On savait qu’ils allaient venir ici pour défendre et contre-attaquer avec Giovinco et Altidore, a dit Mauro Biello, l’entraîneur-chef de l’Impact, en conférence d’après-match. Il va y avoir des équipes qui vont venir ici avec un bloc très bas. Il faut qu’on fasse bouger le ballon plus vite pour les déséquilibrer.»

Il est vrai que l’Impact s’est créé peu de chances de marquer, ne trouvant pas de solution face à la meilleure défense de l’Association de l’Est. En première demie, une déviation de la tête de Didier Drogba – dans le 11 partant pour la première fois de la saison –, est passée à côté. Côté Toronto, Jonathan Osorio avait été frustré par Bush dans un duel dans la surface.

Avant le deuxième but torontois, l’attaque montréalaise s’était montrée plus entreprenante, sans toutefois inquiéter véritablement le gardien Clint Irwin, qui a capté facilement un autre ballon propulsé de la tête par Drogba.

«C’est la première fois cette saison qu’on affrontait une équipe bien en place et qui ne donne rien [NDLR: ne fait pas d’erreurs], a déclaré après la rencontre Patrice Bernier, qui a joué 30 minutes hier. [Dans des matchs comme ça], il faut qu’on passe davantage par les ailes, qu’on mette des centres et qu’on enchaîne plus rapidement pour les fatiguer. On va apprendre.»

«C’est notre moins bon match de l’année. On a eu la possession du ballon en deuxième mi-temps, mais on n’a pas été dangereux.» – Maxim Tissot, défenseur latéral gauche de l’Impact

Au sommet de l’Est avec 12 points avant samedi, l’Impact voit son adversaire du jour revenir à 1 point. Toronto, qui n’a pas encore joué à la maison cette saison, effectuait son septième match de suite à l’étranger.

«C’est sûrement notre meilleure performance d’ensemble, attaque et défense, depuis deux ans», s’est réjoui l’entraîneur Greg Vanney.

Par ailleurs, Mauro Biello a confirmé qu’il ferait tourner son effectif alors que l’Impact s’apprête à jouer dès mercredi chez le New York City FC, avant de recevoir les Rapids du Colorado samedi prochain à 16h au stade Saputo.

Pour l’anecdote…

Parmi les 20 801 spectateurs, notons la présence de Georges St-Pierre dans les gradins.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!