Josie Desmarais/Métro

Le premier budget de l’administration dirigée par la mairesse Valérie Plante a été adopté mercredi après-midi au conseil municipal, par 40 votes contre 24.

«Je suis très fière de ce budget responsable», a déclaré Mme Plante dans son discours final de présentation. Elle disait avoir élaboré des prévisions budgétaires «pour les générations futures», dans un contexte financier «difficile».

Ce budget, qui comprend notamment une hausse de taxes moyenne de 3,3% pour les propriétaires résidentiels et une augmentation des contributions des villes liées, a été décrié par de nombreux citoyens et des administrations des autres municipalités de l’île de Montréal. Quelques citoyens s’étaient d’ailleurs déplacés pour une manifestation à l’extérieur de l’hôtel de ville, et certains d’entre eux sont venus poser des questions à la séance du conseil.

Répondant à ces critiques, Valérie Plante a dit que son mandat suivant serait de «démontrer comment cet argent sera bien dépensé».

Selon le président du comité exécutif, Benoît Dorais, ce budget a permis de dégager une «marge de manœuvre» nécessaire pour réaliser les «projets dont les Montréalais ont besoin».

«Ça ne fait pas notre affaire de dire aux citoyens de payer. Mais c’est ça qu’il fallait faire.» Valérie Plante, mairesse de Montréal

Les amendements proposés par l’opposition officielle, soit d’abolir la hausse de la taxe de l’eau – qui compte pour 1,1% de l’augmentation moyenne de taxes – et de prévoir un fonds de 10M$ pour venir en aide aux commerçants propriétaires en cas de travaux sur leur rue, ont tous été rejetés.

«On a tendu la main à la mairesse pour trouver une solution. Malheureusement elle n’était pas à l’écoute, a déploré le chef par intérim de Ensemble Montréal, Lionel Perez. Elle ne reconnaît pas qu’elle a brisé sa promesse [d’augmenter les taxes au niveau de l’inflation]. Le lien de confiance est brisé.» Outre les membres de son parti, seul le conseiller de Snowdon, Marvin Rotrand, s’est opposé au budget.

Valérie Plante a rejeté la «main tendue» de l’opposition. «Arrêtez votre cinéma, M. Perez. Vous étiez au courant des pots cassés que vous nous avez laissés. Nous avons pris les responsabilités que vous n’avez pas su prendre pendant votre mandat», a lancé la mairesse à M. Perez.

Les membres de l’administration ont d’ailleurs à plusieurs reprises jeté la faute de cette hausse tarifaire sur le piètre bilan financier de l’équipe de Denis Coderre. «Vous n’avez pas augmenté graduellement les revenus pour le service de l’eau. C’est pour cela aujourd’hui qu’on a un choc tarifaire», a répondu le responsable de l’eau au comité exécutif, Sylvain Ouellet, à une question de l’opposition.

Les débats ont d’ailleurs été assez virulents à plusieurs moments au cours de l’après-midi, prenant des allures de face-à-face entre l’ancienne et la nouvelle administration. «Blâmer l’ancienne administration, ça démontre à quel point vous n’êtes pas prêts à gouverner», a affirmé M. Perez.

Son collègue, le maire de Saint-Laurent, Alan de Sousa, a qualifié ce budget de «pirouette de communications». «Il y a un dicton selon lequel la ligne est mince entre le courage et la stupidité. Je crois que cette ligne a été franchie avec ce budget», a-t-il critiqué.

Commerçants en colère

Le président de l’Association des tenanciers de bars du Québec, Peter Sergakis, qui avait lancé l’appel à la manifestation du matin, croit que la hausse de taxes est «intolérable» pour les petits commerçants, qui subiront une hausse moyenne de taxes de 3%. «Vous avez fait pire que l’administration d’avant», a-t-il déploré.

Soulignant qu’un investissement de 73 M$ en développement commercial est prévu dans le budget, la mairesse a rejeté les arguments de l’opposition comme quoi le budget «va nuire aux commerçants».

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!