Métro

Des écologistes demandent des tests hydrostatiques sur toute la longueur de l’oléoduc 9B d’Enbridge, qui souhaite en inverser le flux de ce pipeline vieux de 40 ans.

L’ONÉ qui avait demandé le 18 juin dernier à l’entreprise albertaine d’effectuer ces tests avant de donner son aval au projet. Mais uniquement sur trois tronçons, deux en Ontario et un dans le secteur de 10km autour de Mirabel.

Mais selon Équiterre et l’organisme les Citoyens au Courant, qui citent l’avis d’un expert américain, Richard Kuprewick, «le raisonnement de l’ONÉ pour justifier un test hydrostatique sur les trois tronçons prétendument les plus sujets à la défaillance n’est pas adéquatement, ni suffisamment justifié». Ils soulignent, notamment que les données utilisées pour la sélection des trois tronçons devant faire l’objet des tests hydrostatiques n’ont pas été rendues publiques par l’ONÉ afin de justifier sa décision de manière intelligible.

Les deux organisations soulignent aussi qu’en 1997 avant la première inversion du sens de l’écoulement du pipeline, des tests hydrostatiques avaient été menés sur l’ensemble du tronçon.

Ces tests consistent à envoyer de l’eau à haute pression pour déceler d’éventuelles faiblesses ou fuites dans le réseau qui croise plusieurs cours d’eau névralgiques pour l’alimentation en eau potable du Québec et de la région de Montréal, en plus de passer à proximité d’écoles, de garderies et d’habitations.

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!