THE CANADIAN PRESS Melissa Ann Shepard.

HALIFAX — La «veuve noire d’internet», reconnue coupable d’avoir tué ou empoisonné certains de ses conjoints, a accepté de signer un nouvel engagement de ne pas troubler l’ordre public pendant encore deux ans, alors qu’on l’accuse d’avoir violé ces conditions.

Melissa Ann Shepard a comparu brièvement, mardi matin, en Cour provinciale à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse. La dame de 80 ans contestait jusque-là 22 conditions imposées par la justice lors de sa remise en liberté, en mars dernier. L’octogénaire avait alors purgé la totalité de sa peine de presque trois ans de prison pour avoir mélangé des tranquillisants au café de son nouveau mari, en 2012.

En vertu de ces conditions, Mme Shepard doit prévenir les policiers de toute nouvelle liaison, même potentielle, avec un homme. Elle doit aussi tenir les autorités au courant de son lieu de résidence et prévenir la police de tout changement dans son apparence physique. La dame doit aussi s’astreindre à certaines restrictions concernant son usage d’internet.

Les avocats ont accepté mardi de revenir devant le tribunal le 31 octobre, lorsque l’avocat de Mme Shepard a indiqué que sa cliente était maintenant disposée à signer un nouvel engagement de ne pas troubler l’ordre public pendant encore deux ans, avec sensiblement les mêmes conditions que précédemment — des conditions qu’elle a en partie enfreintes plus tôt cette année.

Selon la police, les crimes commis par la dame de Halifax remontent au début des années 1990.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus