LAVAL, Qc — L’avocat d’un résidant de longue date du Québec menacé de déportation vers son Italie natale affirme qu’Ottawa a accordé à son client un sursis de deux ans.

Michele Torre avait reçu un nouvel ordre de déportation pour mercredi, fondé sur une condamnation criminelle vieille de 20 ans.

Le ministère de l’Immigration est intervenu en sa faveur lundi.

L’homme, qui est maintenant âgé de 64 ans, a été condamné en 1996 pour complot d’importation de cocaïne lié à la famille Cotroni et a purgé une partie de sa peine de presque neuf ans.

Son avocat, Stéphane Handfield, dit que M. Torre pourra respirer pendant deux ans pendant que les responsables de l’immigration procèdent à une révision de son cas afin qu’il puisse demeurer au pays pour des motifs humanitaires.

M. Handfield a indiqué que son client, qui a vécu au Canada pendant près de 50 ans, avait été soulagé du développement survenu dans la journée.

Depuis 2013, le gouvernement canadien a tenté de le déporter pour «criminalité grave et crime organisé».

Son avocat, ses partisans et sa famille ont fait valoir qu’il était injuste de le renvoyer tant d’années après sa condamnation.

Le 16 septembre, M. Torre était à quelques minutes de se faire déporter vers l’Italie et se trouvait déjà à l’aéroport lorsque le gouvernement fédéral est intervenu.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus