Métro La parité hommes-femmes n’est pas encore atteinte dans les domaines de la gestion d’entreprises, selon des sondages.

MONTRÉAL — Un organisme voué au développement du leadership chez les femmes presse Ottawa d’adopter des mesures pour mener à la parité des sexes sur les conseils d’administration et dans les équipes de direction des grandes entreprises.

La présidente de La gouvernance au féminin, Caroline Codsi, s’est réjouie de «l’oreille très attentive» du premier ministre à l’occasion de leur rencontre, cette semaine à Ottawa.

Elle a encouragé M. Trudeau à aller au-delà de l’adoption de mesures incitatives en lui suggérant notamment de créer une loi obligeant les entreprises à instaurer la parité hommes-femmes.

Mme Codsi trouve inadmissible que 40 pour cent des sociétés cotées en bourse au pays n’aient aucune femme au sein de leur conseil d’administration.

Pourtant, toutes les études démontrent que la présence de femmes dans les équipes de direction mène à une meilleure performance financière, a-t-elle soutenu.

«Il y a encore, à la tête des entreprises au Canada, 95 pour cent d’hommes (chefs de la direction), signale Mme Codsi. Et l’être humain aime bien être entouré de gens qui lui ressemblent, qui pensent comme lui, qui parlent comme lui, qui vont très rapidement atteindre un consensus.»

Elle déplore que les dirigeants d’entreprises écartent ainsi de «la moitié du bassin de talent» et se privent de nouveaux questionnements qui enrichiraient le processus décisionnel.

Mme Codsi estime toutefois que Justin Trudeau a posé plusieurs actions concrètes pour atteindre l’égalité entre les sexes depuis son arrivée au pouvoir, notamment en nommant une femme à titre de leader parlementaire du gouvernement — une première.

Elle a par ailleurs rencontré le premier ministre à la veille de l’anniversaire d’assermentation de son cabinet, composé d’autant d’hommes que de femmes.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus