Paul Chiasson / La Presse Canadienne Michael Applebaum

MONTRÉAL — La Couronne demande une peine de prison pour l’ex-maire de Montréal par intérim Michael Applebaum, reconnu coupable le mois dernier de plusieurs chefs d’accusation de fraude.

La procureure Nathalie Kleber suggère ainsi une peine de deux ans de prison, qui serait suivie de deux ans de probation. La Couronne a fait valoir l’importance d’envoyer un message dissuasif dans de telles affaires de corruption.

L’avocat de la défense, Pierre Teasdale, a répliqué en recommandant une peine avec sursis ou une peine mixte qui pourrait inclure du temps en probation, des travaux communautaires et des périodes d’emprisonnement non consécutives.

Me Teasdale a souligné que deux autres personnes arrêtées au même moment que M. Applebaum, mais qui ont plaidé coupable, ont fait l’objet de peines beaucoup moins sévères que ce que la Couronne cherche à obtenir contre son client.

L’avocat a fait valoir au tribunal que la Couronne demandait «40 pour cent de la peine maximale» simplement pour «envoyer un message», alors qu’il s’agit d’une «première infraction» pour M. Applebaum.

L’ex-politicien de 54 ans fait face à un maximum de cinq ans de prison après avoir été reconnu coupable de huit des 14 chefs d’accusation qui pesaient contre lui. Il n’y a pas de peine minimale.

La juge de la Cour du Québec Louise Provost doit rendre sa décision le 30 mars.

Des proches témoignent

Pendant les observations sur la peine, plus tôt mercredi, le fils de 23 ans de Michael Applebaum a dit que son père subissait depuis plus de trois ans les conséquences des accusations criminelles.

Dylan Applebaum a ajouté que la famille tout entière était touchée par la situation.

«Les dernières semaines, c’était encore plus triste à la maison, moins de blagues, moins de rire partout, a-t-il raconté. Ce n’était pas quelque chose que nous avions imaginé pour notre famille ou la façon dont nous croyions que nous allions vivre.»

À la fin du mois de janvier, un juge a reconnu Michael Applebaum coupable de différentes accusations, notamment de fraude contre le gouvernement, de complot pour commettre une fraude, d’abus de confiance et de complot pour commettre un abus de confiance.

Il a été acquitté de deux accusations, tandis que quatre autres ont été conditionnellement suspendues en raison des verdicts de culpabilité pour les chefs plus graves.

Les accusations étaient liées à deux ententes différentes conclues de 2007 à 2010, alors qu’il était maire de l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

Dylan Applebaum a souligné qu’il s’inquiétait pour la santé de son père, qui semble défait et triste, et qui ne ressemble plus à l’homme qui semblait toujours prêt à accomplir de grandes choses.

«On peut voir que ça a eu un impact sur lui, mentalement et physiquement», a-t-il dit dans un témoignage parfois larmoyant.

Il a ajouté que sa famille entière dépendait de son père, et l’avocat de la défense, Pierre Teasdale, l’a arrêté lorsqu’il a commencé à implorer le juge d’examiner la possibilité de lui imposer une assignation à résidence.

Comme durant son procès, Michael Applebaum n’a pas témoigné, mercredi.

Le rabbin de la famille a lui aussi manifesté son inquiétude pour la santé de l’ex-maire, envoyant une lettre à la cour pour demander au juge de se montrer clément, ajoutant que Michael Applebaum avait même songé à s’enlever la vie.

«Il y a eu des moments au cours des trois dernières années où il s’est tenu près du précipice; certain que le suicide, la solution très permanente à un problème temporaire, était la bonne réponse», a écrit le rabbin Alan W. Bright.

«C’était une période très sombre pour sa famille, et je peux vous assurer, votre honneur, qu’il n’a pas été facile de lui faire quitter cet état.»

Le jeune Applebaum a aussi confié que son père ne pouvait plus travailler dans l’immobilier, en raison de la notoriété de ses problèmes judiciaires.

Salvatore Sansalone, un ami de longue date qui a embauché Michael Applebaum comme agent immobilier, a confirmé que l’ex-politicien n’avait fait qu’une seule vente dans les trois dernières années et n’avait gagné que 12 050 $.

Le permis d’agent immobilier de Michael Applebaum a été suspendu au début du mois de février après que la juge eut rendu son verdict.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!