Sean Kilpatrick Sean Kilpatrick / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau s’est envolé vers Bruxelles, mercredi, en vue du sommet de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), la première rencontre de l’alliance depuis que Donald Trump s’est installé à la Maison-Blanche.

L’avenir de l’alliance militaire, la lutte contre les changements climatiques et même le libre-échange devraient figurer au programme des discussions de l’OTAN.

Les responsables et les experts s’attendent toutefois à ce que les projecteurs soient braqués sur la lutte contre le terrorisme après l’attentat-suicide dans un concert de musique à Manchester, au Royaume-Uni, qui a fait 22 morts et 119 blessés, dont 20 sont dans un état critique.

Les participants au sommet de l’OTAN à Bruxelles devraient également se pencher sur les sommes que les alliés consacrent à la défense.

Le Canada ne dépense qu’un pour cent environ de son produit intérieur brut en défense, ce qui représente la moitié de l’objectif de l’OTAN et place le Canada dans le dernier tiers des alliés à ce chapitre, une position potentiellement inconfortable pour M. Trudeau.

Après le sommet à Bruxelles, le premier ministre se rendra à Taormine, en Italie, où se tiendra le 43e Sommet des dirigeants du G7. Son voyage se conclura à Rome, où il rencontrera le premier ministre italien Paolo Gentiloni et le pape François.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!