KAMLOOPS, C.-B. — Une grande partie des terres intérieures de la Colombie-Britannique a été interdite d’accès alors que les équipes de lutte aux incendies de forêt se préparent à une fin de semaine difficile.

Le porte-parole du Service de lutte contre les incendies de forêt de la Colombie-Britannique, Kevin Skrepnek, a expliqué que les vents devraient reprendre samedi, ce qui risque d’alimenter les incendies qui font rage dans le district de Cariboo, situé dans le centre de la province.

L’interdiction a été diffusée vendredi et couvre 103 000 kilomètres carrés de terres de la Couronne dans le district de Cariboo.

Elle vise à assurer la sécurité et à prévenir tout incendie causé par l’homme qui pourrait détourner des ressources alors que la province fait face à un risque d’incendie extrême, a déclaré M. Skrepnek.

Il est donc défendu de rester ou d’entrer dans la zone sans en avoir préalablement obtenu une autorisation écrite. L’interdiction est en vigueur jusqu’au 5 septembre, mais pourrait être levée plus tôt si les conditions s’améliorent.

Des orages sont prévus ce week-end, mais les averses risquent d’être «inégales» et ne suffiront pas à éteindre les incendies, a affirmé M. Skrepnek.

Les personnes qui voyagent pour le travail, qui se dirigent vers leur résidence principale, qui utilisent les autoroutes ou qui luttent contre les incendies sont exemptées de l’interdiction.

Vendredi, 148 incendies étaient toujours actifs en Colombie-Britannique.

On estime qu’environ 6460 kilomètres carrés de forêt ont été brûlés durant cette saison sans précédent, selon les responsables. Il s’agit de la deuxième superficie la plus importante a être ravagée par les flammes dans la province depuis 1958.

La fumée produite par les incendies a entraîné des avertissements sur la qualité de l’air dans une bonne partie de la province.

Les responsables de la santé demandent à ceux qui souffrent de troubles respiratoires chroniques d’avoir leurs médicaments à portée de la main, ainsi qu’un plan pour obtenir de l’aide médicale en cas d’urgence.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!