LUNENBURG, N.-É. – La première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, a profité du Conseil de la fédération, mercredi, pour appeler les gouvernements de l’Alberta et fédéral à se pencher sur sa demande pour une meilleure répartition des retombées économiques du projet d’oléoduc Northern Gateway.

Mme Clark a déclaré que les risques environnementaux pour sa province seraient considérables si le projet de 5,5 milliards $ était mené à terme, ajoutant que la Colombie-Britannique devait recevoir une compensation financière adéquate, qui se traduirait par une plus grande part dans les retombées économiques du projet piloté par la pétrolière Enbridge.

À l’issue d’une rencontre réunissant les autres premiers ministres des provinces et territoires et des chefs autochtones, à Lunenburg en Nouvelle-Écosse, Mme Clark a soutenu qu’elle souhaitait simplement s’asseoir à une même table avec les représentants de l’Alberta et du gouvernement fédéral pour évaluer les façons de résoudre ce différend.

Mme Clark n’a pas mâché ses mots, ajoutant que si l’affaire s’envenimait, il y avait toujours la possibilité d’empêcher tout bonnement la construction de l’oléoduc.

Ses propos ont fait réagir son homologue albertaine, Alison Redford, qui a lancé que le Conseil de la fédération n’était pas la place pour avoir de telles discussions.

Mme Redford a soutenu mercredi que son gouvernement était prêt à discuter avec la Colombie-Britannique, indiquant toutefois que l’affaire ne serait pas résolue cette semaine.

Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, a par ailleurs pris position dans le conflit lors de son passage à l’émission «Power and Politics» du réseau anglais de Radio-Canada. Il a remis en question les propos de la première ministre Clark et rappelé qu’Ottawa approuvait le projet.

Jean Charest, qui s’est joint au Conseil de la fédération mercredi, a quant à lui refusé de se mouiller.

Le premier ministre du Québec a déclaré qu’il laisserait le soin à Mmes Clark et Redford de s’entendre à ce sujet.

Il a poursuivi en indiquant qu’il serait intéressé, sous certaines conditions, à la tenue de négociations pour l’instauration d’une stratégie nationale de l’énergie.

Il faudra s’assurer du respect des juridictions des provinces, a avisé M. Charest, ajoutant que si le gouvernement fédéral devait prendre part à ce processus, ce serait à l’invitation des provinces seulement.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!