Jason Franson Jason Franson / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le ministère fédéral de la Sécurité publique met en garde contre une hausse des attaques terroristes rudimentaires, mais mortelles, incluant des agressions à l’arme blanche et des voitures bélier, dans un nouveau rapport publié jeudi.

Dans son rapport public annuel sur la menace terroriste pour le Canada, le ministère rappelle que de telles attaques ont récemment été perpétrées à Edmonton, où cinq personnes ont été blessées, et à New York, où huit victimes ont été tuées et plusieurs autres ont été blessées.

On précise que ces gestes sont posés avec des armes faciles à obtenir, et donc difficiles à prévoir.

La propagande des groupes terroristes comme Daech (groupe armé État islamique) et Al-Qaïda qui encourage l’utilisation de ces techniques ajoute à l’ampleur du phénomène.

Selon le document, les terroristes auraient aussi l’intention de développer des compétences en cyberattaques, mais n’ont pas encore démontré leur capacité à causer de réels dommages.

Un peu plus de 190 extrémistes ayant un lien avec le Canada se trouvent à l’étranger et sont soupçonnés de prendre part à des activités terroristes, indique le rapport. En plus, le gouvernement est au fait du retour au Canada d’environ 60 autres.

Ces statistiques sont demeurées relativement stables au cours des deux dernières années, alors qu’il devient de plus en plus difficile pour les extrémistes de traverser la frontière canadienne dans un sens comme dans l’autre, soutient le gouvernement.

Un peu plus de la moitié des extrémistes à l’étranger ayant un lien avec le Canada se trouvent en Turquie, en Syrie ou en Irak. Seulement «une proportion relativement faible» de ceux revenus au Canada viennent de cette région, mais la majorité de ceux étant revenus de l’un de ces trois pays sont soupçonnés d’avoir participé à des combats, souligne le rapport.

Dans la préface du rapport, le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, souligne que des événements récents à travers le monde rappellent que «tout type d’idéologie radicale peut alimenter le terrorisme, y compris l’extrémisme de droite».

«Au Canada, les individus ayant des idées d’extrême droite sont principalement actifs en ligne et se servent des forums de clavardage et des réseaux en ligne. Plutôt que de promouvoir ouvertement la violence, ces personnes tentent souvent de créer une culture de peur, de haine et de méfiance en ligne en exploitant des préoccupations réelles ou imaginées lorsqu’elles s’adressent à un auditoire virtuel», précise le rapport.

Le gouvernement dit combattre la menace terroriste par ses effectifs de sécurité, le renseignement, le renforcement des lois, la coopération internationale, des ressources de déradicalisation et le dépôt d’une nouvelle loi sur la sécurité publique telle que promise par les libéraux lors de la dernière campagne électorale.

Les Canadiens sont déjà beaucoup trop touchés par les tragiques conséquences de l’extrémisme, de la fusillade qui a fait six morts à la mosquée de Québec à l’attentat au Burkina Faso où six Canadiens ont perdu la vie, a relevé M. Goodale.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!