Reed Saxon / The Associated Press

OTTAWA — Statistique Canada dépensera 600 000$ par année pour analyser les eaux usées de 15 ou 20 municipalités à travers le pays, à la recherche de traces de THC (l’ingrédient actif de la marijuana) et d’autres drogues.

La tâche d’analyser régulièrement les eaux résiduaires sera confiée à un sous-traitant.

Un représentant de l’agence fédérale, Anthony Peluso, a expliqué qu’il pourrait s’agir de la meilleure façon de mesurer la quantité de marijuana consommée par les Canadiens chaque année.

M. Peluso a dit que Statistique Canada utilisera la même méthodologie d’analyse des eaux usées que celle qui a fait ses preuves en Europe, ce qui lui permettra de combler certains vides dans les informations dont elle dispose.

Une fois le cannabis métabolisé par l’organisme, des traces des THC perdurent dans les excréments humains. On peut alors recueillir et analyser des échantillons dans des usines de traitement des eaux usées.

Ces eaux résiduaires seraient récoltées chaque mois, pendant une semaine, pendant au moins un an. Le contrat pourrait être allongé à trois ans si les résultats se révèlent utiles, explique l’appel d’offres lancé par Statistique Canada.

Six municipalités regroupant quelque huit millions de personnes ont déjà accepté de participer à l’enquête. L’agence fédérale n’a toutefois pas voulu les identifier.

L’étude pourrait aussi permettre de brosser un portrait du marché noir du cannabis, en comparant la quantité de marijuana vendue légalement à la quantité de marijuana consommée mesurée à partir de l’analyse.

La technologie utilisée pour détecter la présence de marijuana peut aussi détecter la présence de drogues comme la cocaïne et les métamphétamines. Statistique Canada prévoit également exploiter ces données.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!