Collaboration spéciale Avoir de vrais robots ménagers

Québec Science fête cette semaine ses 50 ans et son 500e numéro. Pour l’occasion, le magazine québécois a concocté un numéro spécial intitulé 50 défis pour 2050.

«En 1962, la classe scientifique québécoise vivotait. À peine 500 étudiants sortaient des universités avec en poche un baccalauréat en sciences ou en génie», écrit en préambule le rédacteur en chef du magazine, Raymond Lemieux. «Aujourd’hui, la science est devenue un moteur économique plus important que l’agriculture», poursuit-il. C’est la relève scientifique québécoise qui a déterminé les 50 défis qu’elle devra relever d’ici 2050. En attendant la sortie en kiosque du magazine, vendredi, voici un petit aperçu de certains défis qui ont retenu notre attention.

Le 3 en 1 médical
Grâce à la tomographie par cohérence optique, une équipe de chercheurs de l’École polytechnique travaille à miniaturiser un micro-endoscope d’un demi-millimètre. L’idée est d’être capable, au cours d’une même intervention, de faire un dépistage endoscopique, de poser un diagnostic et d’effectuer un traitement laser. «La personne passerait un examen de routine sans savoir qu’elle est malade. Le médecin diagnostiquerait une maladie. Il la traiterait immédiatement. Et le patient serait guéri», indique la chercheuse Caroline Robidoux à Québec Science. Les hypocondriaques seront ravis!

Cartographier le cerveau
Réaliser une carte de toutes les connexions entre les centaines de milliards de neurones du cerveau ne sera pas une mince affaire. Voilà pourquoi plusieurs chercheurs internationaux, dont ceux de l’Université de Sherbrooke (UdS), se sont divisé la tâche. En détectant les problèmes sur les fibres nerveuses, on serait capable de déceler les signes avant-coureurs de maladies neurodégénératives comme la sclérose en plaques ou l’alzheimer, explique Maxime Descoteaux, chercheur à l’UdS.

Avoir de vrais robots ménagers
Se faire aider par un robot pour déménager ne relèvera bientôt plus de la science-fiction. Des scientifiques sherbrookois travaillent en effet à rendre les robots du futur capables de réellement interagir avec les humains. D’autres chercheurs de l‘Université du Québec à Chicoutimi conçoivent actuellement la maison de demain. On y trouvera des pièces truffées de capteurs reliés à un ordinateur central qui pourra, par exemple, avertir une personne souffrant d’alzheimer qu’elle a laissé une casserole sur le feu.

À suivre aussi :

  • Les plastiques photovoltaïques. Incorporés à des tissus, ils permettront à nos blousons d’emmagasiner de l’énergie solaire pour notamment recharger notre cellulaire.
  • Le volant d’inertie. Une sorte de toupie survitaminée qui permet de stocker de l’énergie en polluant moins qu’une batterie traditionnelle.
  • La recherche de planètes habitables. Le département d’astrophysique de l’Université de Montréal est à la fine pointe dans ce domaine.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!