VANCOUVER – Le chef de cabinet de la première ministre de la Colombie-Britannique Christy Clark a remis sa démission à la suite de ce qui est décrit comme un important incident, mais les circonstances ayant mené à son départ ne sont pas claires.

Le bureau de Mme Clark a émis un vague communiqué indiquant que Ken Boessenkool avait démissionné en s’excusant, dimanche. M. Boessenkool est un ancien conseiller du premier ministre Stephen Harper qui est entré en poste en janvier.

Dans sa lettre, le conseiller démissionnaire explique avoir été impliqué dans un incident, plus tôt ce mois-ci, où il a mal agi.

Une autre déclaration du bureau de la première ministre laisse entendre que cette dernière n’offrirait pas beaucoup de détails, invoquant la «protection de la vie privée». La déclaration précise que l’incident en question a fait l’objet d’un examen.

Avant de tenir ces fonctions en Colombie-Britannique, M. Boesenkool avait été conseiller pour M. Harper, stratège électoral pour les conservateurs, ainsi que lobbyiste pour plusieurs compagnies telles qu’Enbridge, Taser International et plusieurs entreprises pharmaceutiques.

En 2001, M. Boessenkool a signé la fameuse lettre «pare-feu» qui demandait à l’Alberta de combattre le gouvernement libéral de Jean Chrétien.

Cette missive, également signée par Stephen Harper, qui était alors président de la National Citizens Coalition, visait à encourager la défense provinciale contre les «intrusions fédérales».

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!