FRED CHARTRAND Marthe Roy. FRED CHARTRAND / La Presse Canadienne

OTTAWA – La pluie froide convenait à l’ambiance qui régnait au service commémoratif tenu dimanche en l’honneur des policiers et agents de la paix qui sont morts en service, des officiers que le ministre fédéral de la Sécurité publique, Vic Toews, a qualifiés de héros.

«Aucun emploi n’est plus important, et peu aussi difficiles ou dangeureux», a déclaré M. Toews aux milliers de policiers et militaires réunis pour cette 35e cérémonie annuelle, dimanche, à Ottawa.

«Nous sommes conscients qu’ils mettent leur vie en jeu tous les jours afin de nous permettre de vivre en paix et en sécurité», a-t-il également déclaré.

«Les agents de police et de la paix sont des héros dont la disparition est ressentie par tous.»

Debout dans le brouillard, des milliers de policiers, dont certains étaient venus d’aussi loin que du Royaume-Uni, ont honoré la mémoire de leurs camarades qui ont perdu la vie. Et la foule qui bordait la pelouse sud de la Colline parlementaire s’est assurée que les politiciens ne seraient pas les seuls à manifester leur reconnaissance.

Alors que les officiers marchaient en formation, des applaudissements spontanés ont retenti parmi le public, un peu comme il se fait lorsque les Vétérans défilent à l’issue de la cérémonie du Jour du Souvenir.

Le président de l’Association canadienne des chefs de police, Jim Chu, a déclaré que personne ne souhaitait voir la liste de policiers morts en fonction s’allonger.

«Tristement, notre souhait ne s’est pas réalisé cette année», a-t-il laissé tomber.

«Nous sommes ici confrontés à la réalité que nous ne pouvons changer le cours des événements et nous ne pouvons contrôler notre destinée.»

Le nom du policier Vincent Roy, du service de police de Bromont, était gravé dans le panneau de verre exposé devant le Pavillon commémoratif d’Ottawa.

L’agent Roy a été frappé et tué le 1er décembre 2011, alors qu’il remettait une contravention à un automobiliste sur la route 139, dans les Cantons de l’Est. Il a rendu l’âme sur les lieux du drame.

Peu de temps avant qu’il ne perde la vie, l’agent Roy était retourné à Bromont, sa ville d’origine, et s’était joint à son service de police après un séjour d’un an et demi en Alberta, au sein de la Gendarmerie royale du Canada.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!