Andrew Vaughan Andrew Vaughan / La Presse Canadienne

ST. ANDREWS, N.-B. — Les premiers ministres se sont entendus sur un accord de principe pour réduire les barrières commerciales sur le transport d’alcool entre les provinces et territoires du Canada.

Ils n’ont toutefois pas donné de détails sur les quantités personnelles d’alcool qui pourront être transportées à travers le pays ni quand l’entente entrera en vigueur.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, a confirmé que les provinces sont disposées à hausser les limites d’importation d’alcool entre provinces, mais que certains premiers ministres souhaitent d’abord consulter leur population avant de procéder.

«Ne vous méprenez pas, il y a un consensus sur le fait de s’attaquer à cet enjeu et il y a un consensus sur le fait qu’on devrait hausser la limite d’importation de manière importante», a-t-il déclaré.

Un communiqué conjoint des premiers ministres avance que certaines provinces iraient jusqu’à éliminer complètement les limites de transport d’alcool. C’est d’ailleurs déjà le cas en Alberta et au Manitoba.

Brian Gallant réitère que le Nouveau-Brunswick s’engage à doubler la limite du volume de bière et d’alcool qu’il est permis de rapporter sur son territoire à partir des autres provinces.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, souhaite toutefois aller plus loin éventuellement.

«Il n’est pas raisonnable de garder des barrières qui sont pas possibles ou inutiles», a-t-il déclaré en mêlée de presse.

«Mais on va le faire progressivement, et ça peut nécessiter des changements réglementaires et législatifs, il faut bien vérifier ça. Mais le désir du Québec, c’est d’aller dans la direction de pas de barrière.»

Le gouvernement fédéral a salué les progrès effectués, et a «réitéré son engagement à travailler avec les provinces et les territoires pour accélérer l’élimination des mesures qui freinent le commerce à l’intérieur des frontières du pays».

Le ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur, Dominic LeBlanc, a accueilli favorablement par communiqué le principe d’«augmenter considérablement la quantité d’alcool que les particuliers seront autorisés à transporter à des fins personnelles lorsqu’ils franchissent les frontières provinciales et territoriales».

Tout en parlant d’un «bon pas en avant», M. LeBlanc a ajouté que les provinces et les territoires pouvaient en faire plus pour accroître le commerce de boissons alcooliques au Canada, notamment «en facilitant la vente directe d’alcool aux consommateurs dans l’ensemble du pays».

Parallèlement à l’accord sur l’alcool, les premiers ministres seraient prêts à poser des «gestes significatifs et immédiats» pour éliminer les barrières sur le contenu des formations en premiers soins et sur la réglementation concernant les pneus à large bande ainsi que la taille et le poids des camions de transport.

Les leaders devraient aussi se pencher sur les permis d’abattoirs et les exigences nécessaires à l’enregistrement des entreprises.

Huit premiers ministres ont profité du déjeuner, vendredi, pour discuter d’une possible assurance-médicaments universelle en compagnie de l’ex-ministre de la Santé de l’Ontario Eric Hoskins. Ce dernier préside le Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime d’assurance-médicaments national.

Linda Silas, présidente de la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières, était présente à la rencontre et dit être optimiste d’obtenir le soutien des provinces depuis qu’elles ont appuyé publiquement le projet de programme national l’an dernier.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!